La psychologie du trouble de la personnalité Borderline à haut potentiel

Ces dernières années, il y a eu une plus grande prise de conscience du trouble de la personnalité limite (TPL), cependant, de nombreuses personnes avec ce diagnostic restent incomprises.

24 FÉVR. 2021 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

La psychologie du trouble de la personnalité Borderline à haut potentiel

Ces dernières années, il y a eu une plus grande prise de conscience du trouble Borderline ou trouble de la personnalité limite (TPL), mais de nombreuses personnes atteintes de ce diagnostic continuent de se sentir incomprises et mal jugées.

Le point sur lequel nous voulons nous concentrer dans cet article est la présence d'un TPL très performant. Si vous avez une personnalité TPL à haut potentiel, vous n'aurez pas de symptômes du trouble borderline comme des crises de colère ou de l'automutilation.

Votre TPL n'émerge que lorsqu'il est déclenché par des facteurs spécifiques tels que certaines personnes ou situations.

En surface, vous semblez être une personne calme et compacte. Vous pouvez même être très compétent au travail à un point tel qu'on vous demande des conseils et de gérer de nombreuses tâches. Entre amis, vous êtes recherché parce que vous êtes drôle et optimiste. Au-delà de la surface, cependant, un fort sentiment de solitude, de honte et d'autocritique prévaut. Malgré les compliments reçus des autres, vous avez du mal à reconnaître votre valeur personnelle.

Même si les autres montrent de l'affection pour vous, vous ne pensez pas que vous êtes digne d'amour. Les liens semblent superficiels et s'il semble que vous ayez une vie normale, à l'intérieur vous ressentez le vide. Même si vous essayez d'obtenir de l'aide, vous pouvez vous sentir déçu. Les spécialistes de la santé mentale peuvent juger que vous n'êtes pas «assez malade» pour répondre aux critères de diagnostic ou minimiser votre souffrance. Cette position peut malheureusement renforcer votre conviction implicite que vous n'avez pas besoin d'aide et cela peut même vous faire sentir coupable ou honteux d'avoir demandé cela.

Les mécanismes psychologiques d'un trouble borderline à haut potentiel

C'est un problème complexe qui implique divers mécanismes psychologiques tels que la dissociation, l'évitement expérientiel et le clivage. Ils seront décrits plus en détail ci-dessous.

  • La scission

Le trouble de la personnalité limite à haut potentiel est le produit d'une expérience traumatique extrêmement douloureuse.

Très souvent, l'expérience traumatique dont nous parlons n'est pas visible mais prend la forme de violence psychologique et de négligence. Des modèles relationnels dysfonctionnels peuvent être créés à partir des expériences avec les figures parentales dans les premières années de la vie.

Des épisodes tels que la séparation précoce et la négligence créent des blessures importantes qui auront un impact majeur sur notre vie adulte. Des événements tels que ceux mentionnés ne sont pas viables dans l'esprit d'un enfant. Par conséquent, le seul moyen de gérer des situations insurmontables reste la «scission» de sorte qu'une partie de vous se préoccupe de retenir et de contenir la douleur de l'expérience traumatique, tandis que l'autre continue à agir comme si tout était normal. En l'absence de soutien adéquat, cela reste le seul moyen de survivre.

Après cette «scission», la partie «malade» reste figée dans le temps. Cette partie pense et agit comme un enfant terrifié. Lorsque cette partie est "activée" par certaines situations, vous vous sentez vulnérable, confus, cela peut déclencher un fort sentiment de honte, vous faisant culpabiliser de quoi que ce soit. Dans ces moments, vous pouvez facilement tomber dans une façon de penser dichotomique, voir soit tout blanc, soit tout noir, vous ressentez une peur insurmontable de l'abandon, vous sentez comme si vous ne pouvez pas avancer dans votre vie. L'autre partie se déplace plutôt comme une personne adulte extrêmement fonctionnelle et mature. Lorsque cette partie l'emporte, vous êtes impeccable, extrêmement productif, efficace, indépendant.

Vous avez développé cette stratégie car c'est la seule façon de survivre. Vous avez développé l'idée que les autres ne veulent voir que votre côté «normal», compétent et mature. Chaque fois que vous avez montré votre partie lésée, d'autres vous ont montré que vous ne savez pas comment gérer cela en vous faisant vous sentir abandonné et rejeté. Pour toutes ces raisons, vous avez appris à bien cacher la partie vulnérable en payant le prix de l'abandon de l'intimité, de la spontanéité, de la créativité.

  • Contre-dépendance

Vous pourriez adopter la contre-dépendance comme stratégie pour survivre dans un monde où vous ne trouvez personne de votre côté. Si vous avez eu des parents froids, pas affectifs et insouciants, vous avez probablement dû apprendre très tôt qu'il ne sert à rien d'essayer de demander de l'aide aux autres. Il n'y a jamais eu personne sur qui compter pour vous, c'est pourquoi vous avez appris que faire confiance à quelqu'un ne mène qu'à la douleur et à la déception. 

Une partie de vous craint que si une seule fissure émerge, vous finissiez par inonder et ne puissiez pas vous sauver. Pour cette raison, la seule personne sur laquelle vous pensez pouvoir compter, c'est vous, au point qu'il vous est difficile de penser qu'il y a quelqu'un qui puisse prendre soin de vous et vous soutenir. Bien que cette stratégie soit fonctionnelle pour gérer votre peur d'être blessé par les autres, elle consolide et renforce votre souffrance et votre sentiment de solitude.

  • Anorexie des émotions

Un autre mécanisme du trouble borderline à haut potentiel est l'anorexie des émotions dans laquelle vous refusez consciemment ou inconsciemment d'intérioriser l'affection et l'amour. Lorsque les autres vous complimentent, vous vous sentez mal à l'aise ou changez de sujet. Quand quelqu'un vous montre de l'affection ou que vous avez du mal à croire ou que vous vous éloignez.

Si en surface vous semblez être sociable et utile, en réalité, vous ne laissez pas les autres vous connaître vraiment. Paradoxalement, vous êtes attiré par des personnes qui ne sont pas disponibles ou en tout cas pas prédisposées à créer un lien stable. Votre incapacité à faire confiance aux gens est probablement un bouclier pour vous protéger de la déception. De nombreuses personnes atteintes de trouble borderline sont très sensibles et empathiques. En tant que jeune adulte, vous avez probablement été celui qui a trop donné, trop aimé, trop fait confiance. Cependant, vos sentiments n'ont pas été réciproques. Cela vous a amené à changer de stratégie. Dans le même temps, l'anorexie émotionnelle pourrait être la réponse à la peur d'être «trop» pour les autres, c'est pourquoi vous préférez garder le silence plutôt que de charger les autres de vos problèmes.

Même s'il y a un fort sentiment de solitude au fond, vous préférez cette condition au risque d'être à nouveau blessé. Cependant, cet «échafaudage» qui vous rend inaccessible à l'amour et à l'affection ne vous permet pas de voir les qualités que les autres voient en vous. Même lorsque les autres s'approchent de vous, ils n'ont pas la chance de vraiment vous connaître. Votre solitude est devenue un cycle autosuffisant.

  • Un fort sentiment de vide à combler

Les enfants ne peuvent pas choisir leurs parents ou ils peuvent comprendre que leurs parents sont extrêmement déprimés ou fortement dissociés de s'occuper d'eux, et encore moins peuvent-ils comprendre qu'ils ne sont en aucun cas responsables du comportement de leurs parents. Les bébés sont biologiquement programmés pour être fidèles à leurs soignants même s'ils ont été maltraités par eux. La terreur augmente le besoin d'attachement même si la source de soutien est la même que celle qui génère la terreur.

Si, en tant qu'enfant, vous avez subi la violence de vos parents, vous n'aviez aucune chance d'échapper à cet environnement malsain, sauf en vous dissociant. Si vous mettez de côté les émotions douloureuses, vous finissez par abandonner même la possibilité de ressentir l'excitation, la joie, l'amour. Vous pouvez ressentir des symptômes tels que la déréalisation et la dépersonnalisation qui vous font vous sentir déconnecté de votre corps, comme si la réalité autour de vous semble floue, comme dans un rêve. Vous pouvez également développer une dépendance à des substances ou des comportements dysfonctionnels pour «désactiver» les sensations désagréables et douloureuses. Par exemple, la suralimentation, les comportements compulsifs, la consommation d'alcool peuvent devenir des stratégies dysfonctionnelles visant à couvrir le sentiment de vide que vous vivez.

Même si vous voulez vraiment revivre les émotions, chaque fois que vous essayez de vous ouvrir, vous vous heurtez à un mur. Le paradoxe est que le sentiment d'angoisse et de solitude généré par ce vide est tout aussi insurmontable que la douleur que vous avez étouffée.

  • Équilibre apparent

Si vous apparaissez aux autres comme une personne avec le sens de l'humour, sociable, productive, efficace, dans les coulisses, vous souffrez d'anxiété sociale, d'une colère profonde envers les autres, de haine envers vous-même, de dépression chronique. Ce sont des symptômes qui surviennent lorsque vous êtes seul ou lorsque vous «baissez la garde».

Dans ces moments, la partie blessée sort. Le TPL à haut potentiel est une lutte permanente entre les deux parties. Vous avez magistralement appris à garder la partie vulnérable et blessée bien cachée en prétendant qu'elle n'existe pas. La division en deux parties garantit que tout est construit de manière polarisée. La partie "malade" reçoit le poids de toutes les blessures, l'angoisse, la colère, la solitude tandis que la forte reste impassible et équilibrée. Comme une maison hantée, personne ne peut voir ce qui s'est passé jusqu'à ce que la fondation commence à trembler et que le plafond s'effondre. Jusqu'au jour où vous vous effondrez à cause d'une crise, les autres ne remarquent pas votre fragilité et la difficulté à vous montrer forte et impassible.

Aller vers la guérison....

La première étape de la guérison consiste à apprendre à se faire confiance.

Vous devez commencer à croire que vous n'êtes plus cet enfant impuissant, mais que vous êtes capable de faire plus maintenant. Désormais, vous pouvez accéder aux ressources, pour vous protéger. Essayez de ralentir et d'écouter la partie sur laquelle vous vous êtes étouffé. Au départ, aborder votre côté vulnérable peut être une idée terrible, mais c'est la première étape du processus de «réintégration». La partie de vous qui a été divisée veut être rappelée et acceptée dans votre monde intérieur.

C'est comme un enfant affamé qui parfois pleure, parfois hurle dans une recherche impitoyable de votre attention. Vous pouvez manifester un fort ressentiment envers cette partie et tenter de la rejeter, en espérant qu'elle disparaîtra, mais cela ne ferait que maintenir une boucle infernale éternelle de souffrance et de solitude.

Essayez d'imaginer qu'en vous il y a un bébé qui pleure et au lieu de le condamner pour être dans une recherche spasmodique d'attention, essayez de comprendre ses besoins et de le soutenir.

Votre tâche principale n'est pas de répéter ce qui vous a été fait - la cruauté, les malentendus, la négligence - mais de pouvoir devenir un bon parent, un bon ami / ou partenaire, une bonne compagnie pour vous-même. Une fois que vous avez pris une position favorable, vous êtes sur la bonne voie.

Votre souffrance, au lieu de se transformer en colère et dépression, sera orientée vers un processus d'acceptation à partir duquel vous commencerez à essayer de vous donner du répit, de vous adoucir à chaque fois que vous êtes tenté / ou de soulever un mur lorsque d'autres essaient d'accéder votre monde intérieur, vous permettant d'être plus spontané dans les relations. Au terme de ce voyage, vous retrouverez la capacité d'aimer, de vous laisser aller, de créer des liens, de vous sentir vivant.

La guérison d'un trouble borderline à haut potentiel, bien que difficile, est possible. Nos thérapeutes sont à votre écoute pour toute aide psycologique concernant le trouble de la personnalité Borderline.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Bibliographie

  • Silk KR, Lee S, Hill EM, Lohr NE. Borderline personality disorder symptoms and severity of sexual abuse. Am J Psychiatry. 1995 Jul;152(7):1059–1064. 
  • American Psychiatric Association: Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, Fifth Edition. Arlington, VA, American Psychiatric Association, 2013, 665. 

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

Commentaires 6
  • Mamanlouve0529

    Bonjour, je suis diagnostiquée Tpl Borderline mais je me lis énormément dans votre texte et ma psy me définit également ainsi, comment savoir si l'on est vraiment tpl hp ? Merci

  • Adelys

    Je me reconnais plutôt dans ce diagnostic (refus de l'état traumatisé en poursuivant la vie car "il le fallait", visant la fausse normalité), même si je ne pense pas y correspondre pleinement. Je ne me sens pas seulement limitée à deux modes : l'enfant dépressif et l'adulte mature.... J'ai bien plus de modes internes : une dépressive mutique, une colérique protectrice, une sociable et normale, une travailleuse ambitieuse, une enfant insouciante, une mère en interne qui a compensé le manque, une haineuse et autodestructrice... et moi influencée par tout ça. Votre description me parle car je suis décrite comme HPI-HPE et possiblement Borderline/Bipolaire par ma psychiatre... mais je suis de plus en plus tournée vers les troubles dissociatifs (et je souhaitais en faire part à d'autres qui seraient dans mon cas sans connaître cette piste).

  • Nathalie

    Tout pareil pour moi :( J'aimerais également trouver la bonne personne avec qui travailler sur ça.

  • Amélia

    je me reconnais bien dans ce descriptif; toujours étouffer mes émotions pour paraitre normale et sociable alors que je n'ai confiance en personne .Je n'arrive pas à arréter de fumer tellement mes angoisses et mon vide existentiel me pourrissent la vie

  • Titi

    Bonjour Je crois bien en faire partie.. quel spécialiste précis pourrait m’aider ? Spécialiste de quel discipline ? Comment je dois m’y prendre ?

  • Farid

    Bonjour Je suis extrêmement choqué et étonné , j’en suis à 3 mois de thérapie et depuis 3 semaine c’est exactement ce qu’il en ressort. Ce clivage entre l’adulte mature et l’enfant complètement abandonné... J’aimerai vraiment approfondir cet article pour comprendre ce fonctionnement et mettre en place des stratégies pour enfin guérir.

derniers articles sur trouble de la personnalité