L'art de rejeter la faute sur les autres

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Tristesse, colère et peur sont des sentiments qui nous poussent à chercher un coupable à un problème. Mais être mature ça signifie arrêter de rejeter la faute sur les autres, non ?

11 oct. 2016 · Lecture : min.
L'art de rejeter la faute sur les autres

Une personnalité orgueilleuse aura du mal à reconnaître ses erreurs en se pensant supérieure aux autres, et remettra toujours la faute sur les autres. Mais il n'y a pas que des personnes avec ce type de personnalité qui ne souhaitent pas se remettre en question, craignant des retombées ou se protégeant en rejetant la faute sur les autres. Pourquoi se rendre responsable alors que les autres peuvent l'être ? Que cache le fait de ne jamais vouloir assumer et être responsable ? Pour quelles raisons ces personnes se victimisent et ne se sentent pas responsables ?

Enfant, nous sommes protégés par nos parents, ce sont eux qui sont chargés de nous. Ils nous protègent et prennent soin de vous, mais en grandissant nous apprenons que ce confort et cette sécurité nous en sommes le principal garant pour gagner sa liberté. En assumant totalement nos choix, nos décisions, nous menons notre propre vie comme nous l'entendons. Nous devenons l'acteur de notre propre vie. Tout commence par trouver un travail pour subvenir à ses besoins, puis nous apprenons par la suite à nouer des liens affectifs avec les autres comme nous l'entendons et à nous occuper de notre santé mentale. Nous apprenons peu à peu, à notre rythme, à nous responsabiliser.

C'est là que tout se joue, et qu'il faut faire la différence entre grandir et mûrir. Si le temps passe pour tout le monde, nous grandissons inexorablement, mais la manière dont nous gérons cette responsabilité sur notre vie détermine notre maturité. Prendre ses responsabilités sur ce qui nous arrive, c'est ça la maturité.

Pourquoi rejeter la faute sur les autres ?

Si ce n'est pas en se déchargeant sur l'autre de sa faute que l'on se décharge de sa culpabilité, nous utilisons différentes stratégies pour ne pas avoir les torts pour nous. Mais pourquoi ?

Être coupable, c'est se rendre fragile aux yeux des autres et de nous. Se remettre en question est donc difficile, on est pris en défaut dans ces moments-là et notre image de nous est altérée. Il faut alors endosser la responsabilité, mais pouvons-nous nous décevoir nous-même ? Nous préférons alors que cela soit la faute du voisin pour nous économiser des pensées douloureuses et une mauvaise estime de soi.

fe.jpg

Il est possible aussi que nous ayons peur des conséquences, que ce soit perdre l'estime ou l'amour d'une personne, ou de nous retrouver seul. Nous détestons nous sentir rejeté, imparfait ou déplaisant. Chacun préfère donc anticiper en cas de faute pour éviter la sanction, et les excuses que nous nous trouvons sont souvent nombreuses.

Il existe aussi un autre mécanisme qui consiste à se défendre inconsciemment en utilisant la projection. Cette technique revient à reprocher à l'autre ce qui nous appartient mais que nous refusons d'admettre, que ce soit un trait de caractère, un sentiment ou un impair. On projette donc sur l'autre ce qui ne nous plaît pas en nous.

Pour dépasser ces différentes stratégies conscientes ou inconscientes, il faut accepter sa vulnérabilité. Personne n'est parfait, et nous sommes tous vulnérables avec nos défauts et nos erreurs. Les admettre c'est se rendre plus fort et s'alléger. Oser ressentir de la culpabilité vous permettra de vous familiariser avec et d'accueillir les émotions en lien. Il faut s'autoriser à les ressentir pour ne plus se juger, et être à l'écoute de soi. Demandez-vous ce qui va se passer si vous êtes reconnu coupable et cela vous aidera à mieux comprendre votre scénario intérieur.

Ça signifie quoi mûrir ?

Grandir et mûrir, c'est apprendre indéniablement. On ne peut pas apprendre sans se tromper, comme pour les mathématiques, le français, il faut s'entraîner et pratiquer pour devenir meilleur. Le processus d'apprentissage suppose donc que l'on se trompe pour passer par un processus complexe de réflexion et d'analyse des faits. Et c'est là que nous avons tendance à pointer du doigt des raisons externes pour justifier nos erreurs. Notre esprit va alors chercher des coupables.

Pour preuve, quand nous nous cognions dans un objet dans une pièce, nous nous demandons que diable fait-il là. On critique alors directement la personne qui aurait pu la mettre ici ou directement l'objet en question. Ce processus est naturel, et est généré par la frustration. Mais parfois l'obstacle qui se dresse sur notre chemin est plus important qu'un objet. Que se passe-t-il quand vous n'êtes pas d'accord avec un ami ? Que vous ne réussissez pas à un examen ? Que vous échouez au Code de la route ? Quand vous avez des problèmes de communication dans votre couple ? Et les exemples sont nombreux...

me.jpg

Quand on ne réfléchit pas, on aura tendance à penser que c'est l'autre le problème, car il se heurte à nous. Vos émotions vous dominent à ce moment-là, et vous recherchez un coupable qui est tout trouvé dans votre esprit. On rejette alors la ou les fautes sur les autres, sur les circonstances ou encore sur vous-même. Stop ! Arrêtez-vous deux secondes et demandez-vous à quoi cela sert réellement de trouver un fautif ? Une fois le coupable trouvé, qu'est-ce que cela vous apporte ? Quand on se focalise à accuser les autres ou s'accuser, on se concentre sur des attitudes et émotions négatives comme la tristesse, la colère, la frustration ou encore la rancœur mais nous n'avançons en rien. Au contraire, cela nous rend malheureux.

Si vous travaillez plutôt sur la solution, à chercher comment changer la situation, vous comprendrez très vite qu'au-delà de perdre du temps à chercher le coupable, vous verrez qu'il est possible de résoudre la situation et de travailler sur celle-ci.

C'est cela mûrir, dépasser ses émotions pour chercher à comprendre d'où vient l'erreur et comment la réparer ou s'améliorer pour la prochaine fois. Quand vous chercherez un coupable la prochaine fois, pensez à vite tourner la page pour laisser les émotions négatives venir sans s'installer, et à chercher des solutions au lieu de coupables. Cela vous permettra d'atteindre de nouveaux objectifs et de laisser ces émotions négatives derrière vous.

La solution se trouve en vous, et personne d'autre ne peut la changer. Laissez les autres vous corriger, mettez votre fierté de côté et restez sincère envers vous-même pour l'être ensuite envers les autres. Osez dire "je me suis trompé", et cette phrase vous semblera de plus en plus facile à dire avec le temps.

Cela dit, personne n′est jamais non plus totalement responsable de ce qui lui arrive. Et les responsabilités sont parfois partagées. Dans ce cas, plutôt chercher à comprendre, à trouver des solutions, plutôt que batailler pour savoir qui est le plus coupable. 

Photos : Shutterstock / Unsplash

psychologues
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail
Commentaires 31
  • Eva

    Merci pour cet article vraiment utile et éclairant pour les personnes souffrant d'un Ego susceptible et orgueilleux.

  • Dalila 2910

    Bonjour, Je sais plus comment réagir avec la situation que je vie depuis plus de 6 ans avec mon conjoint. Il c'est fait agresser par un garagiste et son fils. Le fils a été relâché et le père a été seul à être juger et la peine qu'il a encourue est moindre. La voiture que le garagiste a réparer était la mienne, suite à un différent entre le garagiste et mon mari. Le 2 mai 2014 à 14h30 tte ma vie à basculer et depuis les séquelles que mon.mari a subi après cette agressions ont empirer ma vie de femme, de mère etc etc.... Nous avons eu aucuns soutient psychologique le jour de l'agression. Mon conjoint a subit un traumatisme crânien avec une reconstruction crânienne et faciale. Depuis ils ne ressent plus rein pour moi et la aucune empathie non plus. Tous ses malheurs j'en suis la cause je pense que ça vie à changer depuis cette agression pour ma voiture. J'en voie de toutes les couleurs des colères effrayantes des humiliations constamment. C'est moi la cause de son malheur. Il a arrêter 2 mois après son agression ses consultations vers un sphycologue moi j'ai fait que subir des reproche et cela continue tt les jours. Cela m'affecter mais je crois que mes enfants le sont aussi. Je culpabilise de partir car demain s'il se retrouve seul cela sera pire je crois. Je subi, je sais que je dois m'éloigner pour vivre une vie sereine mais comment faire.

  • Manou

    Bjr. Je suis moi même victime d'une personne très proche manipulatrice et destructive .Cette personne est l'épouse de mon fils, ils ont deux petits garçons et fait en sorte pour que je les vois le moins possible 3 fois par ans à raison d'1 hrs 30 c'est le maximun, selon elle c'est mieux pour les enfants car ils ressentent ma toxicité envers elle .Je serais donc une personne Toxique ! Alors que je prône la bienveillance. Mon fils pour ne pas entré en conflit avec sa femme accepte la situation j'espère seulement qu'il est heureux dans sa vie de couple.....

  • Lyne 1980

    Je suis déçu de constater que mon commentaire n’ai pas été publié au complet. C’etait pour moi une façon de me vider le cœur et peut-être aussi une façon de le partager au autre. J’aurais peut-être eu des réponses à ma situation au lieu de ça j’ai seule une partie de partager. Je suis déçu... Mon message n’avait rien d’offensent Et aucun nom n’a été écrit... Entouca!!!

  • Lyne 1980

    Bonjour Après des années à me chercher à savoir qui je suis, je peux affirmer aujourd’hui que je me suis voilée la face persuadé être une personne parfaite. Qu’elle descente que fût ma chute quand je me suis retrouvée à cour d’arguments. J’ai dû reconnaître mes torts et se fut difficile car tout ce que je croyais sur moi était que mensonge.

  • line

    Quoi faire lorsqu on sait qu une personne nous ment et qu elle invente des histoires et parfois peut nous accuser a tort juste pour ne pas porter le blame ? l employeur ne fait rien malheureusement :(

  • Estelle

    Nous apprenons en psychanalyse que nous sommes 100 pour cent responsable de notre vie et de nos réactions . Je ne partage donc pas votre vue finale mais l’article est intéressant . Tant que nous n’aurons pas intégré notre 100% de responsabilité, la faute sera toujours celles des autres . Merci pour le partage

  • simba

    Désolée, mais votre position est lénifiante et irresponsable. Vous êtes comme ma mère qui dit : le verre s'est cassé, la casserole a brûlé, le livre est tombé..,etc etc. Or, rien de tout cela n'intervient sans l'intervention humaine, qui en sort indemne de tout et peut répéter à l'infini ses maladresses, et peut continuer à ne pas voir le verre, à ne pas surveiller la casserole et à ne pas faire attention au livre. C'est une mentalité qui m'exaspère que celle de déresponsabiliser tout et tout le temps sous pretexte d'être positif et bla et bla et bla, pour ne pas se dire les choses et bla bla bla. Genre ce n'est pas moi, c'est le saint esprit. Et les psy qui avalisent ce genre de postures font plus mal qu'autre chose.

  • torres

    est ce aussi utile de remettre toujours tous les maux de la terre sur moi, alors que je fait pour le mieux,je fait avec les cartes qui m'ont etait servie ,je fait des erreurs ,mais qui n'en fait pas,je trouve plutot mesquin de toujours tous remettre sur les epaules de l'autre quand un probleme surgie de quelque nature que ce soit

  • torres

    mais comment s'apelle cette pathologie,ici c'est le cas suivant, une personne n'a pas commis de faute, mais rend responsable sont mari ,enfin c'est ce que je comprend de la mort de leur enfant


Chargement en cours