Le corps dans les troubles alimentaires

Le corps au centre de la prise en charge dans les troubles alimentaires est essentiel. Le corps est mis à mal et a besoin, à différents niveaux, d'être pris en compte.

7 JUIL. 2021 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Le corps dans les troubles alimentaires

La thérapie psycho-corporelle place le corps au centre du processus thérapeutique.

J'utilise pour ma pratique psychocorporelle le toucher thérapeutique (massage doux et contenant) et la danse biodynamique en complément de la libération de la parole. En effet, dans ces problématiques le corps mis à mal requiert une attention particulière (Daudin, 2014).

Il me semble nécessaire dans une prise en charge thérapeutique avec des sujets en surpoids ou en sous poids de se préoccuper directement de la question du corps. Le corps mis à mal l'a été du fait d'un maternage corporel insuffisant, en raison de relations primaires trop fusionnelles et intrusives, à cause d'effractions de l'intimité corporelle, mais aussi pour les sujets en surpoids du fait des critiques émises à propos d'un corps devenu trop gros avec le temps. Les thérapies à médiation corporelle cherchent à contacter une mémoire du corps marqué par des traumatismes précoces, de les libérer, de les transformer et d'intégrer progressivement d'autres sensations qui seront dans le registre du doux, de l'agréable, du bien-être afin que la personne se réconcilie avec l'entièreté de son être. (Daudin, 2014).

Ces approches à médiation corporelle peuvent cibler des objectifs thérapeutiques différents (Carraz, 2009), voici ceux que je propose à travers les massages et le mouvement :

  • Un travail de contenance maternelle comme la fonction du holding initial de la mère par un toucher doux sur la personne habillée et un feedback permanent avec la personne. C'est une approche douce et maternante qui permet d'introduire et d'intérioriser de la douceur et de renforcer la conscience de soi défaillante. En effet, l'origine des problèmes de poids et de l'image corporelle remonte à une époque lointaine, archaïque, souvent de la périnatalité et il en existe une trace, une mémoire corporelle, c'est-à-dire inscrite dans le corps. Avec les sensations du corps, nous pouvons recontacter cette histoire infantile certes douloureuse mais en confiance et la transformer en amenant à la personne et à son corps de nouvelles informations. C'est comme si, lui tenant la main, nous revenions avec le patient sur la scène de son traumatisme. Ce travail de massage, toucher thérapeutique sur la personne habillée permet de construire ou ressentir de la matière interne, de la consistance à travers un contact doux et ainsi ne plus chercher une matière externe par exemple la nourriture pour remplir un vide ou encore la maigreur pour sentir son "Soi".
  • Un travail sur le sentiment de porosité, hyperperméabilité des frontières du corps par ce travail de contenance maternelle. En effet, la construction d'une conscience des limites de son corps, limites fermes se fait dans les tout premiers instants de la vie en s'appuyant contre le corps de la mère qui est là, ni trop loin, ni trop près, accordée de manière stable aux besoins de l'enfant. Un travail par des massages ou des touchers maternants permet de renforcer un sentiment de cohésion et de solidité de ses limites corporelles, de les rendre moins poreuses et moins floues. Cela permet de retrouver les limites de son corps avec respect, c'est à dire une image de soi plus proche du "réel" mise à mal par la dysmorphophobie dont sont atteints ces patients. Le contact corporel est chaleureux, maternant mais non intrusif en demandant toujours l'autorisation d'entrer en contact avec telle ou telle région du corps.

  • Réduire le clivage corps/esprit et renforcer la conscience et la perception de son corps plus dans le bien-être et dans le plaisir. Le toucher thérapeutique permet d'ancrer l'esprit dans le corps, de faire « un ». C'est-à-dire ne plus se couper de son corps et être seulement dans sa tête mais viser l'incarnation en pleine conscience de son être, permettant de passer d'un corps subi à un corps source de ressenti de bien-être et de plaisir. Pas de notion de performance et d'objectifs à atteindre. Ce qui est important ce sont les ressentis et d'habiter pleinement toutes les parties de son corps sans se sentir mal.
  • Expression, libération des émotions et souffrances par le corps, le mouvement et la danse sur la musique. Donner forme aux éprouvés corporels qui permettent au sujet d'accéder à l'indicible, sans parole. A un certain stade la photo et la vidéo peuvent venir compléter ce travail dans un esprit de revalorisation de la personne.

Tout ce travail s'effectue dans un cadre bienveillant où peut s'éprouver et se construire une identité corporelle, au rythme de chacun et dans le respect de celui-ci.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Loreline Plobner

Voir profil

Bibliographie

  • Carraz, J. (2009). Anorexie et boulimie, approche dialectique.

  • Daudin, M., Defontaine, D., & Coutier, D. (2014, Janvier). Traumatisme psychique et vacillment des repères identitaires. Illustration d'une prise en charge conjointe par le psychiatre et le psychomotricien. Thérapie psychomotrice - et recherches - N°179 - Collection 47, pp. 18-27

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur anorexie