Le syndrome du sauveur : se libérer de son besoin d'aider les autres

Aider les autres est souvent signe de générosité et source de satisfactions morales. Cependant certaines personnes construisent leurs relations sur cette unique base. Comment s'en sortir ?

1 JUIN 2021 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Le syndrome du sauveur : se libérer de son besoin d'aider les autres

Le terme de «Syndrome du Sauveur» peut avoir une connotation positive. Cependant, lorsque vous en apprenez davantage à ce sujet et sur les motivations sous-jacentes et l'impact sur les autres, il est clair que ce modèle de comportement peut être problématique.

Le syndrome du sauveur peut être défini comme «une construction psychologique qui fait ressentir à une personne le besoin de sauver d'autres personnes. Cette personne a une forte tendance à rechercher des personnes qui ont désespérément besoin d'aide et à les aider, sacrifiant souvent leurs propres besoins pour ces personnes."

De nombreuses personnes qui exercent des professions bienveillantes comme les soins de santé mentale, les soins de santé et même celles qui ont des proches souffrant de toxicomanie peuvent avoir certaines de ces caractéristiques de personnalité. Elles sont attirées par ceux qui ont besoin d '«être sauvé» pour diverses raisons. Cependant, leurs efforts pour aider les autres peuvent être d'une nature extrême, ce qui va les épuiser.

Pourquoi les personnes qui ont le syndrome du sauveur sacrifient leurs propres besoins pour aider les autres ?

La croyance sous-jacente de ces personnes est la suivante : "C'est une noble chose à faire." Elles croient qu'elles sont en quelque sorte "meilleures" ou plus aimables que les autres parce qu'elles aident les gens tout le temps sans rien attendre en retour. Cela font d'elles des bonnes personnes. Bien que les motifs puissent ou non être purs, leurs actions ne sont pas nécessairement utiles pour toutes les personnes impliquées. Le problème est qu'essayer de «sauver» quelqu'un ne permet pas à l'autre personne d'assumer la responsabilité de ses propres actions et de développer une motivation interne. Par conséquent, les changements positifs (ou négatifs) ne peuvent être que temporaires.

Le deuxième des 4 accords toltèques de Don Miguel Ruiz est "Ne prenez rien personnellement." Ce chapitre du livre et les citations suivantes enseignent des concepts clés qui peuvent fournir des conseils utiles à ceux qui luttent contre les tendances complexes du sauveur :

«Vous n'êtes jamais responsable des actions des autres ; vous n’êtes responsable que de vous. »

«Quoi que vous pensiez, quoi que vous ressentiez, je sais que c'est votre problème et non mon problème. C'est la façon dont vous voyez le monde. Cela n'a rien de personnel, car vous avez affaire à vous-même, pas à moi.»

«Les humains sont dépendants de la souffrance à différents niveaux et à différents degrés, et nous nous soutenons les uns les autres pour maintenir ces dépendances»

Quelles sont les solutions à mettre en place face au syndrome du sauveur ?

Alors, quelles sont les solutions pour éviter le piège du «syndrome du sauveur» avec ses relations ?

  • Traitez les émotions avec vos amis, votre famille et / ou vos collègues ;
  • Fixez des limites avec les personnes pour vous permettre d'équilibrer ce besoin de prendre soin d'eux et d'essayer de les «sauver».
  • Dites «peut-être» ou «non» avant de dire oui afin de vous donner le temps de peser les options ;
  • Ralentissez suffisamment pour être conscient de vos choix ;
  • Demandez le soutien d'un thérapeute ou d'un psychologue afin de recevoir une évaluation objective de votre problème interpersonnel ;
  • Laissez votre proche, ami et / ou collègue assumer la responsabilité de ses actes ;
  • Ne travaillez pas plus dur que votre ami, un être cher et / ou un collègue ;
  • Faites de votre mieux pour soutenir la personne, ne vous focalisez pas sur les résultats.
  • Redéfinissez les notions d' «aider» et de «prendre soin» de quelqu'un.

Que signifie «aider» pour vous et pour cette personne ?

  • Posez-lui des questions ;
  • Prenez du recul ;
  • Écoutez simplement ;
  • Offrez-lui des étapes d'action et des compétences d'adaptation au lieu de faire le travail à sa place.

Demandez-vous :

  • Est-ce que j'aide cette personne en évitant les conséquences naturelles ?
  • Cette décision est-elle prise pour garder cette personne «heureuse» ou pour sa santé globale ?
  • Mon action l'aide-t-elle à aller mieux ou moi à me sentir mieux ?
  • Suis-je invité à aider ?
  • Est-ce que je «veux» ou je dois le faire ?

Quelles sont vos craintes de ne pas aider et pouvez-vous les défier ?

  • La famille ou les autres ne m'aimeront pas ;
  • Les gens peuvent se plaindre ou ne pas être heureux, ou mon travail peut être menacé ;
  • J'aurai l'impression de ne pas être efficace en tant qu'être cher ou dans mon travail ;
  • J'ai l'impression de ne pas pouvoir aider ;
  • Je ne fais pas de mon mieux ;
  • Il me manque quelque chose d'évident.

Suite à ces différentes interrogations et solutions, vous vous retrouvez dans le cercle vicieux du syndrome du sauveur sans pouvoir vous en sortir, nos psychologues sont à votre écoute pour vous accompagner en thérapie et travailler sur ce point là afin d'être plus heureux dans votre vie.

En effet l'aide et le sacrifice constants pour les autres peuvent vous amener à vous sentir tenus pour acquis lorsque ceux qui vous entourent s'habituent à votre serviabilité. Cela peut également vous amener à vous épuiser, comme on l'a vu plus haut, en raison de la quantité d'énergie que vous dépensez pour essayer d'aider les autres

Pour surmonter le syndrome du sauveur, reconnaître le fait que l'on en fait l'expérience pourrait servir de tremplin pour arrêter le comportement. De plus, parler à un thérapeute, en particulier pour découvrir les expériences de son passé qui ont pu conduire au complexe, pourrait également être utile.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Bibliographie

  • "Savior Complex Anyone?" PeopleSkillsDecoded.com blog
  • Ruiz, Miguel. The Four Agreements: A Practical Guide to Personal Freedom. Amber-Allen Publishing, 1997.

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur développement personnel