Le trouble de la personnalité Borderline

Les personnes atteintes de troubles de la personnalité borderline luttent avec une instabilité et un état de bouleversements chroniques de leurs relations, de l'image de soi et de....

22 JUIL. 2019 · Dernière modification: 2 SEPT. 2019 · Lecture : min.
Le trouble de la personnalité Borderline

La personnalité peut être considérée comme l’intégration stable d'un ensemble de comportements, émotions et pensées qui caractérisent chaque individu et son expérience. La personnalité est l’image qu’un individu a de lui-même et qu’il montre aux autres, exprimant ou cachant ce qui se passe au fond de lui.

Dans cette optique, on peut parler de trouble de la Personnalité lorsque ce mode d’organisation est inadapté et inflexible et conduit à un malaise subjectif et à une défaillance du fonctionnement du travail, relationnel, social. Un trouble de la personnalité est un modèle d’expériences intérieures et de comportements qui s’écartent nettement des attentes de la culture de l’individu. 

Si nous examinons la division selon le DSM-5 (manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux), il en résulte, d’une part, un regroupement de symptômes et, d’autre part, un regroupement de modes d’être qui risque de devenir des entités fixes et immuables.

Le trouble de la personnalité Borderline

Le trouble de personnalité Borderline est l’un des troubles de la personnalité le plus dramatique des problèmes de personnalité. Selon les experts, le terme "borderline" caractérise plusieurs traits de caractéristiques inadaptées de personnalités propres à ce trouble. Les sujets qui en sont "atteints" luttent avec une instabilité et un état de bouleversement chroniques de leurs relations, de l'image de soi et de leur comportement. Ils présentent une instabilité émotionnelle, une impulsivité et une auto-destruction et parfois des comportements suicidaires (APA, 2000).

Selon le DSM-5, ce trouble de la personnalité limite est caractérisé par une instabilité marquée de l’image de soi, des sentiments chroniques de vide, et des états dissociatifs : une instabilité qui compromet la capacité de poursuivre ses propres objectifs. Sur le plan relationnel, le manque d’empathie envers les autres s’associe à une sensibilité interpersonnelle excessive (propension à se sentir offensé ou insulté), les relations intimes sont intenses, instables et conflictuelles, marquées par la méfiance, des besoins excessifs, et la peur de l’abandon, ainsi qu'une alternance entre idéalisation et dévaluation de l’image des autres et, par conséquent, une alternance entre hyperimplication et retrait. 

Au moins 4 des traits psychologiques suivants doivent être présents :

  1. l'instabilité émotionnelle et émotionnelle ;
  2. l'anxiété ;
  3. l’insécurité (peur de l’abandon) ;
  4. la dépressivité ;
  5. l'impulsivité ;
  6. la prise de risque ;
  7. l'hostilité.

Les dimensions fondamentales de ce trouble sont donc l’affectivité négative (traits 1-4), la désinhibition (traits 5 et 6) et l’antagonisme (traits 7).

Les personnes avec ce type de personnalité sont à la "frontière" entre le fonctionnement névrotique et le fonctionnement psychotique, c’est-à-dire qu’elles ont tendance à perdre le contact avec la réalité. Je m’explique : souvent ce type de personnalité alterne, la plupart du temps, des périodes de "normalité" relative, où ils se montrent suffisamment équilibrés, comme beaucoup de gens, et où ils ne perdent pas le contact avec la réalité, et des périodes où le fonctionnement psychique semble fortement compromis, avec de violentes crises de colère, de la paranoïa jusqu’à des tentatives de suicide. Ils se déplacent rapidement d’un extrême émotionnel à l’autre (arbalétriers, M., Bellantuono, C., et al., 2015).

Exemple de cas

  • Exemple 1 : si une femme qui apprécie et fait des éloges d'une amie ou une collègue est déconcertée ou déçue, par exemple, en essayant de la contredire, celle-ci pourrait rapidement trouver la même amie ou collègue insupportable et détestable ;
  • Exemple 2 : la personne peut être trop hostile ou séductrice et familière avec de nouvelles connaissances : après un rendez-vous, celle-ci déclare avoir trouvé l’amour de sa vie ou la personne la plus intéressante et loyale qu'elle n'est jamais rencontrée et ces sentiments, même s’ils sont réels et intenses à ce moment-là, vont peu durer car au moment où la personne essaiera de la contredire, cela se transformera rapidement en sentiments opposés, hostiles. En outre, la personne reste souvent profondément et rapidement impliquée dans de nouvelles relations, et tout type de perception qui amène à penser que la relation pourrait finir déclenche en elle des sentiments de terreur, de tristesse et de colère ; en effet, ce qui pourrait être considéré comme une douleur tolérable, ou une rupture va créer une véritable tempête émotionnelle.
  • Exemple 3 : dans le film "Attraction fatale" de 1987, Glenn Close joue une femme avec de nombreux traits du trouble borderline ; quand son bien-aimé (Michael Douglas) tente de rompre avec elle après une relation intense un week-end, la femme menace de se suicider pour l’empêcher de partir (Hansell, J., &, Damour, L., 2014). Cette émotivité changeante peut donner l’impression que ces personnalités vivent en permanence à la frontière de différents états émotionnels et peuvent se déplacer très rapidement de l’un à l’autre.

Photos : Shutterstock

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
4 Commentaires
  • Rakel

    Mais comment faire pour Savoir si nous en sommes réellement atteint et comment guérir ?

  • Rose

    Quelles sont donc les solutions ?

  • caroline236

    C'est quoi ces exemples sérieusement ? C'est écrire un article pour ne rien dire ou alors des choses qui ne vont que dans un sens et pas le meilleur. Voici un site avec des témoignages sur le trouble et autres https://www.youtube.com/channel/UCQ1UotP7e2Boz8K_RX6lErA

  • Codel19

    Bonjour. Comment interagir alors avec ces personnes ? Que doit on faire et ne pas faire ?

derniers articles sur trouble de la personnalité