Les 5 atouts de la TCC

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Les Thérapies Cognitivo-Comportementales ont de nombreux bienfaits et permettent de traiter des troubles variés.

26 JUIN 2018 · Lecture : min.
Les 5 atouts de la TCC

Reconnue scientifiquement, la Thérapie Cognitivo-Comportementale est efficace sur de nombreux troubles qui peuvent toucher et impacter le quotidien, tels que les TOCs, les addictions, les crises et attaques de panique, etc. Elle permet d'agir d'abord sur le symptôme, afin que la personne puisse retrouver un quotidien apaisé.

De plus en plus connue, la TCC permet de comprendre comment nous pensons, et la façon dont ces pensées influencent nos actes et la manière dont nous nous sentons. Cette thérapie brève permet au patient de prendre conscience des schémas inadaptés qui le poussent à adopter des comportements ou pensées inadéquats, et de l'aider à les modifier pour l'apaiser : on parle de restructuration cognitive. Elle permet aussi d'offrir au patient des outils pour faire face à d'éventuels problèmes futurs, et ainsi éviter les rechutes.

L'un des principes fondamentaux de la TCC, c'est que ce ne sont en général pas les circonstances extérieures qui sont responsables de notre mauvaise humeur et de nos problèmes. Au contraire, les spécialistes des TCC précisent que c'est notre réaction à ces évènements, l'interprétation que l'on en fait, qui détermine le comportement que l'on va adopter face à elles. Et nous contrôlons cette interprétation. Or, si elle peut affecter négativement notre qualité de vie, cela signifie pourtant aussi que l'on peut apprendre à reprendre le contrôle pour la transformer en quelque chose de positif.

La TCC augmente l'estime et la confiance en soi

L'estime de soi et la confiance en soi sont des atouts quotidiens, et manquer de l'une ou de l'autre impacte parfois sévèrement le quotidien. Les Thérapies Cognitivo-Comportementales permettent de modifier certains patrons de pensées afin de vous aider à aller vers le positif. Ainsi, le thérapeute pointera les pensées négatives et destructrices que vous pouvez avoir envers vous-même, et vous apprendra à les remplacer par des affirmations positives.

Ce travail sur l'estime de soi et la confiance en soi peut notamment vous ouvrir des portes, vous pousser à sortir de votre zone de confort, mais aussi vous aider à améliorer vos relations ou à gérer votre stress.

shutterstock-1112857520.jpg

La TCC est une solution aux troubles du comportement alimentaire

La TCC est efficace dans le traitement des troubles du comportement alimentaire pour plusieurs raisons. D'abord, elle permet d'offrir au patient des outils pour contrôler les impulsions corrélées aux troubles alimentaires (souvent frénésie ou purge), permettant d'améliorer son quotidien et ainsi de briser l'isolement éventuel. Elle permet aussi de modifier et d'apaiser le rapport aux aliments déclencheurs. De plus, la TCC est efficace dans le traitement de la psychopathologie qui sous-tend les troubles alimentaires.

Comme le rapporte le "Journal of Psychiatric Clinics f North America", la TCC est non seulement reconnue dans le traitement de la boulimie et des TCA non spécifiés, mais permet aussi de traiter une grande partie des patients souffrant d'anorexie

La TCC est un appui pour sortir de la dépression

La TCC ne traite pas la source d'une dépression, mais s'attaque aux symptômes qui handicapent le quotidien du patient, comme la colère, le manque d'énergie et le désespoir. De plus, ce type de thérapie permet de réduire un éventuel risque de rechute, car elle offre aux patients les outils pour pouvoir se sortir de situations complexes.

Les études confirment que les Thérapies Cognitivo-Comportementales sont efficaces dans le traitement des symptômes de l'anxiété, car elles assurent une modification des schémas cognitifs du patient, le sortant du cercle vicieux de la rumination et des sentiments négatifs. Utilisées en complément des anti-dépresseurs (ou en substitut, selon les cas), elles réduisent même les épisodes aigus de dépression, selon le journal "Cognitive Behavioral Therapy for Mood Disorders".

Outre la dépression, la TCC est aussi efficace dans le traitement des troubles bipolaires (en compléments d'un traitement médicamenteux), ainsi que dans la dépression du post-partum.

La TCC réduit l'anxiété

De nombreuses études scientifiques ont démontré l"efficacité des TCC pour réduire les troubles anxieux, parmi lesquels :

  • Troubles obsessionnels compulsifs (TOC)
  • Trouble panique
  • Trouble anxieux généralisé
  • Trouble d'anxiété sociale
  • Syndrome de stress post-traumatique.

Selon une étude publiée dans "Dialogues in Clinical Neuroscience", les TCC sont efficaces sur ce type de troubles car elles combinent diverses techniques qui confrontent le patient au stimuli craint, tout en déconstruisant les pensées et comportements inadéquats. Ainsi, elle utilise notamment : l'auto-surveillance des symptômes, la restructuration cognitive, l'exposition aux stimuli déclencheurs de la peur, ainsi que des exercices somatiques, un sevrage des signaux de sécurité inadaptés, et une prévention des rechutes. Ces techniques apportent des outils au patient dont ils pourra se resservir sa vie durant, et qui l'aideront à faire face à certaines situations problématiques.

shutterstock-770438068.jpg

La TCC est efficace pour les addictions

L'efficacité des TCC est reconnue dans la réduction des comportements addictifs et de toxicomanie. Ainsi, elle permet de traiter des addictions telles que le cannabis, l'alcool, le tabac, les opiacées, ou encore le jeu. En ce qui concerne le sevrage du tabac, le "Oxford Journal of Public Health" note que, grâce aux outils donnés aux patients afin de l'aider à se sortir du cercle du tabac, le risque de rechute est sévèrement réduit.

Pour quels troubles la TCC est-elle reconnue ?

En 2012, une analyse complète publiée dans le "Journal of Cognitive Therapy and Research" a reconnu l'efficacité des TCC pour les troubles suivants :

  • Troubles anxieux, troubles paniques
  • Addictions et toxicomanie
  • Dépression, dysthymie
  • Troubles bipolaires
  • Troubles du sommeil, insomnies
  • Troubles du comportement alimentaire
  • Syndrome de fatigue chronique
  • Stress général, sentiment de détresse
  • Douleurs musculaires, tensions
  • Complications de grossesse, troubles hormonaux
  • Troubles de la personnalité
  • Comportement colérique
  • Comportements criminels.

Les TCC peuvent être pratiquées par de nombreux professionnels de la psychologie, vous permettant ainsi de choisir la personne adéquate et le suivi qui vous convient le mieux.

Photos : Shutterstock

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail
2 Commentaires
  • Eglantine

    La TCC est une bonne thérapie mais elle ne va pas au cœur du problème de fond et je trouve cela dommage, pour les traumatismes liés au passé bien ancrés, je pense qu'associee à une autre thérapie liée à l'inconscient, en effet elle pourrait faire des merveilles. L'ACT fait partie de la TCC est c'est vraiment ce qu'il faut quand on n' a plus de but, que l'avenir nous semble sombre pour sortir de la dépression, retrouver confiance en l'avenir, en soi en la vie surtout. BENJAMIN SCHOENDORFF a écrit un ouvrage sur lequel j'ai travaillé des semaines et des semaines et c'est un ouvrage fait d'outils, de techniques psychologiques, un véritable GPS de vie pour avancer dans l'existence. Merci à cet auteur psychologue d'ailleurs.

  • Nathalie FOLLMANN

    En tant que hypnothérapeute clinique certifiée, je voudrais rebondir sur cet article. Je pratique entre autres la TCC mais je souhaitais rajouter qu'elle est mise en place une fois que tous les souvenirs dérangeants sont traités. Contrairement à ce qui est dit dans l'article, la TCC n'agit n'agit pas sur le symptôme mais sur la manière erronée de penser, sur la perception d'une situation. C'est ce qu'on appelle également un travail sur les distorsions cognitives. Si on travaille qu'avec la TCC, le traumatisme qui a suscité une manière erronée de penser sera toujours actif de manière inconsciente, et la TCC n'aura qu'un impact superficiel sur la problématique de l'individu. Exemple: une personne ayant été rabaissée, humiliée enfant par ses parents, dans sa vie d'adulte aura développé des schémas indaptés, soit trop vulnérable, ne se sentant pas à la hauteur, besoin incessant de reconnaissance, etc... La TCC ne pourra agir que sur la surface des attitudes, comportements erronés, mais les peurs profondes seront toujours actives. La TCC part d'un postulat qu'on travaille avec notre conscient, notre cerveau gauche, qui permet de réfléchir, de comprendre, d'analyser,... mais un impact émotionnel du passé qui nous a conditionné laisse une empreinte dans le cerveau droit, siège des émotions et qui dirigent notre manière de réagir... La TTC est très intéressante quand les traumatismes du passé ont été traités avec d'autres méthodes. En tant que hypnothérapeute, je constate que la TCC n'est pas suffisante pour des troubles profonds à traiter. Dans mon approche thérapeutique dite "intégrative", j'utilise d'autres techniques pour travailler d'abord sur les traumas qui ont formaté l'individu avant d'aborder sa manière actuelle de penser qui est pour tout un chacun issue de notre conditionnement antérieur. Néanmoins, en hypnothérapie, pendant le traitement des traumatismes, une restructuration cognitive est également utilisée à un niveau inconscient. Globalement, comprendre ne suffit pas, agir sur l'inconscient et ce qui alimente le comportement erroné est indispensable.

derniers articles sur thérapie brève