L'excès d'empathie fait du mal

La fatigue compassionnelle : quand la douleur des autres vous dépasse.

28 NOV. 2018 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

L'excès d'empathie fait du mal

"Je ne demande pas à une personne blessée ce qu'elle ressent. Je deviens moi-même la personne blessée", écrivait Walt Withman. L'empathie est une qualité très belle et très importante, qui nous permet de nous mettre à la place de l'autre et de l'aider au mieux. Mais un excès d'empathie est à double tranchant : la fatigue compassionnelle, ou syndrome d'excès d'empathie, a un coût très élevé. 

Qu'est-ce que l'usure compassionnelle ? 

Contrairement à ce que l'on peut penser, il n'existe pas qu'un type d'empathie, mais plusieurs. 

  • L'empathie cognitive est celle dans laquelle on se limite à adopter et comprendre le point de vue de l'autre d'une façon purement intellectuelle.
  • La préoccupation empathique implique l'aptitude à comprendre et vivre les états émotionnels des autres, en montrant une préoccupation authentique et en étant capable d'aider les autres sans mettre en péril son propre équilibre psychologique. 
  • La contagion émotionnelle, qui peut créer une grande détresse personnelle, définit une contagion de la personne par les émotions des autres sans qu'elle ne parvienne à s'en protéger. Elle souffre de leurs émotions, qui la détruisent petit à petit. 

Le danger de la préoccupation excessive

Se préoccuper trop de la douleur émotionnelle des autres sans bénéficier des outils psychologiques pour gérer la situation peut créer le syndrome d'excès d'empathie, aussi connu sous le nom de fatigue compassionnelle

Ce terme a été proposé par Charles Figley : la fatigue compassionnelle est un type de stress résultant de la relation d'aide thérapeutique, de l'empathie et de l'engagement émotionnel. 

Ce terme permet de rendre visible une réalité affectant notamment les professionnel(le)s travaillant avec l'objectif de soulager la souffrance dans la vie des personnes qui les consultent. En plus d'être vulnérables à d'autres types de stress ou à de l'usure due au travail, ces personnes ont un intense besoin de calmer la douleur ou de résoudre le problème de celui ou de celle qui souffre, sans pouvoir gérer sa propre douleur occasionnée par cet échange. 

dep.jpg

Voici les principaux facteurs contribuant au développement de la fatigue compassionnelle : 

  • Manque de soin de soi
  • Traumatisme non résolu du passé
  • Incapacité à contrôler les facteurs du stress
  • Manque de satisfaction au travail. 

Certains symptômes préalables à la fatigue compassionnelle peuvent passer inaperçus : 

  • Dissociation, colère
  • Anxiété, épuisement, accablement
  • Troubles du sommeil, cauchemars
  • Sensation d'impuissance, échec.

On trouve aussi des symptômes physiques tels que : 

  • Nausées, vertiges
  • Modifications de poids
  • Céphalées
  • Évanouissements
  • Abus de substances
  • Passer moins de temps avec les patients et les amis
  • Être indifférent
  • Apparition de sarcasme et de cynisme. 

Qui sont les professionnels les plus enclins à développer le syndrome de fatigue compassionnelle ? 

Il est évidemment plus commun chez les personnes en contact direct avec un public ayant besoin d'aide : psychologues, psychiatres, travailleurs sociaux et personnel médical et d'urgence. Cependant, toute personne peut être victime d'usure compassionnelle. 

Une étude menée par l'Université Adventista del Plata a dévoilé que l'usure compassionnelle était fortement liée à l'attention émotionnelle et à la réparation émotionnelle. L'attention émotionnelle se rapporte à l'aptitude à prêter attention aux émotions et à l'état d'esprit des autres. En pratique, les personnes qui souffrent du syndrome d'usure compassionnelle portent trop attention aux autres, et se piègent dans leurs réseaux. 

mai.jpg

De plus, l'usure compassionnelle est en relation avec une réparation émotionnelle plutôt pauvre. Il s'agit de la capacité à pouvoir mettre en pratique des plans d'action qui nous permettent de réguler notre état d'esprit, comme par exemple le simple fait d'assumer une distance psychologique pour protéger notre équilibre affectif. 

Ainsi, si vous êtes une personne hypersensible émotionnellement parlant mais que vous ne parvenez pas à mettre en place des stratégies vous aidant à panser ces blessures, il est probable que vous finissiez par souffrir du syndrome d'usure compassionnelle. 

Quels sont les symptômes de l'usure compassionnelle ? 

  • Rééxpérimentation

La personne revit les expériences traumatiques vécues par les autres, que ce soit par des flashbacks, des rêves ou simplement en les ruminant pendant la journée. L'un des premiers signaux d'alarme est que la personne ne parvient pas à se sortir cette situation de la tête et y pense bien plus que de raison, ce qui signifie qu'elle reste active dans le cerveau. 

  • Encrassement affectif et évitation

La détresse accumulée et qui n'est pas gérée correctement peut déconnecter totalement la personne de la situation. En pratique, lorsque l'esprit est saturé et arrive à un point où il ne peut plus assimiler tant de douleur et de souffrance, il se distance émotionnellement de la réalité. 

La personne est plus irritable, frustrée, se sent déconnectée émotionnellement comme si tout lui était étranger, ce qui peut affecter la capacité de profiter des choses et de se lier aux autres. 

  • Hyperactivation

Au fil du temps, l'usure compassionnelle génère de la fatigue, mais aussi de l'anxiété. La personne est dans un état d'hyperactivation nerveuse, provoquant des difficultés pour dormir, des troubles de la concentration, une exaltation extrême face à de petits stimuli ainsi que des attaques de panique. 

Photos : Shutterstock

N'hésitez pas à prendre contact avec un(e) psychologue si vous souffrez d'usure émotionnelle

PUBLICITÉ

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Bibliographie

Alecsiuk, B. (2015) Inteligencia Emocional y Desgaste Por Empatía En Terapeutas. Revista Argentina de Clínica Psicológica; 24: 43-56.

Mestre-Escrivá, V., Frías Navarro, M.D. y Samper-García, P. (2004) La medida de la empatía: análisis del Interpersonal Reactivity Index.Psicothema; 16(2): 255-260.

Figley, C.R. (1995) Compassion Fatigue: Coping with secondary traumatic stress disorder in those who treat the traumatized. Nueva York: Brunner/Mazel Publishers.

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

Commentaires 13
  • Rosalie

    Merci pour cet article, très intéressant mais mon problème j'arrive toujours pas à le situer. Serait-ce peut être une autre forme d'empathie? Mon soucis c'est que je ressens dans mon corps les maladies(voir malaises) de mon entourage (amis, parents etc) c'est à dire qu'il suffit qu'une personne de mon entourage me dise qu'il a, par exemple des maux de tête pour que, dès les minutes, qui suivent je commence à ressentir des maux de tête violent. Je souffre beaucoup et je sais pas quoi faire puisque que je peux pas m'éloigner d'eux.

  • droopynou

    je me reconnais totalement dans ce portrait mais il est tres difficile de changer sa nature.je suis medecin et je dois parfois annoncer de mauvaises nouvelles et parfois je fais un transfert dont je suis consciente sur mes patients. je me mets à leur place au sens propre du terme.Il m est même arriver de pleurer avec mes patients( pas terrible pour remonter le moral). De même , je ressens les emotions de mes proches comme si c etait moi( de façon presque physique) et c est d autant plus difficile que je ne peux rien faire .En tant que medecin je peux agir pour mes patients mais pas en ce qui concerne ma famille car mes enfants sont grands et je n " ai plus la main". Par contre je ne m occupe jamais de moi , mon bonheur c est de savoir que les gens dont j ai la responsabilité vont bien et cela me suffit

  • Ophélie

    Merci d'avoir pris le temps et d'avoir travaillé sur le sujet. Ça m'aide à me comprendre dans le présent, en rétrospective et de cadrer les différentes situations que j'ai vécu et dont je n'avais pas conscience à l'époque.

  • Anahai

    Merci beaucoup pour cet article qui m’a réellement aidé à trouver des mots sur ce que je ressentais. Le fait de lire votre article m’a déjà soulagé.

  • Maria

    Bonjour, je suis au bout du rouleau ! je dois être hyperempathique, du moins quelque chose comme cela. Avec les années, que de souffrances, c'est vraiment terrible ! Les souffrances d'autrui, je le ressentais à des kilomètres. Les maladies des proches avant diagnostics, je le savais déjà ! Les pensées des gens que je rencontrais, bonnes ou mauvaises. J'ai tellement donné de ma personne, de mon temps, de mon énergie, de ma compréhension, de mon ENERGIE pour les êtres humains ... Aujourd'hui, à 52 ans, je suis épuisé. Je ne veut plus voir personne. Je fais beaucoup de Montagne depuis bien 30 ans, cela me donnait un équilibre, il devient insuffisant avec le temps. Vivre dans notre société actuelle, en étant trop humain, c'est vraiment horrible !!! J'ai eu la malchance d'avoir ce dom, comment vivre avec ??? Maria

  • kthy

    certains "empathiques" plongent dans un monde qui ne leur appartient pas. Les "autres" viennent à ma moi sans que je ne leur demande rien... je suis là... j'écoute, je parle, je me mets en colère parfois, souvent je rie - je dédramatise. Le jour d'après je pleure. Le jour suivant je rie à nouveau, cette fois-ci avec mon compagnon et nos enfants. Mais ! je ne peux m'empêcher de regarder mes très proches et ressentir toute leur détresse. Empathiques que nous sommes étons nous condamnés à ne vivre qu'au travers des "autres" ? Peux-t'on mourir d'empathie ? il ne s'agit pas de suicide, de mélancolie peut-être ....

  • Lisa

    J ai souffert de ce syndrome que j ai appris toute petite chez moi car il fallait aider et supporter une mere qui elle meme souffrait d une grave incapacite parentale.J ai reporte cette empathie excessive sur mes patients puisque je suis medecin et c est non seulement une perte d energie enorme mais elle n aide en rien les gens qui souffrent et ca a ete tellement douloureux que je ne peux pas rester plus de quelques minutes en compagnie de gens qui peuvent avoir besoin d aide ou qui veulent me raconter leur problemes. En fait ce syndrome nait non pas de l empathie mais de l incapacite a limiter autrui .

  • cd-dg

    Il est interessant de se dire que l empathie ne fait que nous renvoyer a ce que l on est. L autre n est percu que comme une sorte de miroir dirait levinas. L Empathie envers l autre n est ce pas l empathie envers soi exclusivement?.... Et donc l exces d empathie peut signifier que l on est "depassé" par la situation qii nous submerge. Il faut peut etre envisager une therapie car on ne peut guere s en sortir seul et surtout sans les "outils" adaptés.

  • Sidonie

    Se sentir éreintée,execivement enervee,anxieuse ,envie de vomir et surtout avec le virus de merde envie de pleuré en compation a toutes ces personnes malades ou mourantes et à leur famille !!

  • Helena

    Je viens de decouvrir grace a ces explications "le mal dont je souffre depuis trop longtemps: merci ! L empathie (en exces) au quotidien vous ronge de l interieur .si on vous compare souvent à "Mère theresa " , vous etes peut être aussi atteint de ce mal .


Chargement en cours



derniers articles sur développement personnel