Mon hypersensibilité me gâche la vie

Cette hyper-émotivité qu'est l'hypersensibilité est la résultante de plusieurs processus psychiques.

3 SEPT. 2020 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Mon hypersensibilité me gâche la vie

Hypersensibilité et/ou hyper-émotivité

L'hypersensibilité est un terme qui est très souvent utilisé, parfois à tord.

Je lis certains articles sur ce site qui font un amalgame entre la vulnérabilité et toutes croyances pour parler de l'hypersensibilité. Et contrairement à ce que je lis parfois, l'hypersensibilité n'est pas du tout une force.

L'hypersensibilité émotionnelle est bien définie par une réaction handicapante.

L'hypersensibilité n'est pas une maladie mais un trait de caractère qui se manifeste par une sensibilité extrême au monde qui l'entoure. Pour une personne hypersensible, tout la touche, le malheur des uns, le malheur des autres. Tout la réjouit ou tout la rend triste. C'est une véritable éponge émotionnelle.

Ne pas confondre l'état dépressif avec l'hypersensibilité. On peut être fragile/vulnérable, dépressif sans être une personne hypersensible. Il est évident que le trouble dépressif peut faire apparaître des similitudes notamment dans le débordement émotionnel, mais il ne s'agit pas du tout de la même chose.

Car le dépressif ne peut se réjouir du bonheur des autres, alors que la personne hypersensible oui.

Chez l'hypersensible, les émotions positives ou négatives sont décuplées et c'est bien le problème. Ils réagissent fortement aux situations extérieures, ne serait-ce que par la vue d'une manifestation suivie de CRS, où ils vont ressentir fortement en eux la peur, la violence,… ou dans un cadeau auquel il ne s'attendait pas, la personne sera très vite débordée émotionnellement.

Quelle que soit la situation, triste ou heureuse, déclenche en eux de forts stimulus, bien plus que la normale.

Les hypersensibles ont souvent tendance à se croire responsable quand ils se sentent incapable de faire face à une situation.

Manifestations comportementales

  • Difficulté face à l'inconnu
  • Peur du conflit
  • Tendance à être facilement intimidé par le ton, ou une attitude menaçante
  • Grande empathie : tendance à se mettre du côté du plus faible systématiquement
  • Tendance à la dépendance affective
  • Hypersensibilité aux reproches et critiques
  • Grande conscience du temps qui passe, des actes manqués, des pertes
  • Attachement qui peut prendre beaucoup de temps, mais très robuste une fois installé

Causes : d'où vient l'hypersensibilité ?

Ce trait de personnalité vient très souvent de l'éducation. Il peut s'agir de quelque chose qui s'est passé pendant la toute petite enfance voire même au cours de la période intra-utérine, l'enfant passe neuf mois à être une éponge émotionnelle dans le ventre de sa mère. Autrement dit, les émotions de la mère impactent le fœtus.

Comportements dans l'enfance des personnes hypersensibles

  • Plaire à leurs parents, au détriment de leurs propres désirs, avec une grande sensibilité à leur jugement.
  • La peur de l'abandon pouvait les amener à accepter des injustices de leur part.
  • Souvent, les enfants hypersensibles préféraient passer du temps avec leurs parents plutôt qu'en compagnie d'autres enfants.
  • L'anxiété des parents perçue par l'enfant

Enfin, l'hypersensibilité / hyper-émotivité peut être généralisée, affectant l'ensemble de la vie de l'individu, ou des contextes particuliers (domaine sentimental, professionnel, etc…).

L'hypersensibilité émotionnelle peut apparaître notamment dans :

  • Expérience mal vécue dans l'enfance (citée ci-dessus)
  • Trouble anxieux
  • TSPT (Trouble de stress post-traumatique)
  • TDAH
  • Haut Potentiel / Précocité
  • Troubles de l'humeur (troubles bipolaires,...)

Il est important de ne pas associer automatiquement un trouble anxieux ou un trouble dépressif avec l'hypersensibilité.

Je rappelle que les émotions négatives peuvent se confondre, à la différence que les hypersensibles ressentent la même instabilité émotionnelle dans les situations joyeuses.

Le comportement dans l'enfance comme énoncé ci-dessus permet une indication plus pertinente pour l'identification d'une hypersensibilité.

Thérapie adaptée

Pour aider les personnes hypersensibles, il est préférable de consulter un(e) thérapeute avec une approche pluridisciplinaire qui utilise d'une part des techniques de régulation émotionnelle (EFT, TCM,…), mais également de travailler sur l'origine des causes citées précédemment en revisitant le passé.

Il est donc important que le praticien utilise des techniques comme l'EMDR pour retraiter certains souvenirs impactant du passé. La TCC n'est pas toujours suffisante pour traiter les causes, elle est complémentaire.

L'hypnothérapie clinique intégrative que je pratique est pertinente en ce sens.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Hypnothérapeute Clinique

Certifiée par l'Institut Sakti d'Hypnose Clinique à Paris. Mon approche "intégrative" permet de travailler sur tous les troubles émotionnels, psychosomatiques avec de nombreuses approches et techniques. L'hypnothérapie que je pratique s'inscrit autant dans une thérapie brève qu'une thérapie de fond. Elle s'adapte autant aux adultes qu'aux enfants à partir de 4 ans.

Voir profil
Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

Commentaires 20
  • mood

    c'est mon cas; faut pas se leurrer aucune thérapie efficace n'existe,même pas l'hypnose qui est une vraie arnaque ;

  • Sarah

    Je suis hypersensible de naissance et aujourd’hui mon hypersensibilité gâche la vie de mes proches, mon copain m’a dit qu’il souffrait à cause de mes crises d’angoisse, car trop difficile à supporter… Je ne sais plus quoi faire cela me rend dépressive.

  • Sarah

    Je suis hypersensible de naissance et aujourd’hui mon hypersensibilité gâche la vie de mes proches, mon copain m’a dit qu’il souffrait à cause de mes crises d’angoisse, car trop difficile à supporter… Je ne sais plus quoi faire cela me rend dépressive.

  • Arilyn

    J'ai beaucoup de mal avec votre article et c'est en arrivant à la conclusion que je pense avoir compris pourquoi : "L'hypnothérapie clinique intégrative que je pratique est pertinente en ce sens." Ça manque d'honnêteté scientifique.

  • Jo

    Jai a cause hypersensitivity de type alphat lcp2+ a tendency factive de type b...attire tout metal conducteur et electricter statistics generer de plus frequente et asser surprennent Et Dautre fait qui pourrait mal interpreter par gens en controls de leur sensibiliter

  • Vanessa

    Cherchant de quel mal je pouvais bien souffrir, dépression ou autre j'ai trouvé vos articles. Je trouvais que l'hypersensibilité correspondait en pas mal de points mais pas au niveau des causes. Mon enfance a été des plus normales, parents aimant et rassurant, pas de trouble, pas de choc émotionnel. Cependant j'ai l'impression que j'ai toujours gardé mes émotions fermées au fond d'une boîte comme par pudeur. Avec le recul je dirais que c'est à la naissance de mon premier enfant que mes émotions sont sorties en grande force. Sans me rendre compte de ce qui se passait et en mettant ça sur le compte des hormones j'ai eu un baby blues carabiné, beaucoup de pleurs de voir ma fille grandir et s'épanouir de jour en jour avec la tristesse de ne pouvoir arrêter le temps. Puis plus de 10 ans plus tard, la relation avec mon mari était devenue très toxique au point de me donner des pensées suicidaires. C'est en essayant de m'en sortir et lisant beaucoup d'article que j'ai découvert que son comportement était celui d'un pervers narcissique. Et j'ai lu aussi que les PN sont bien assorti avec les hypersensibles, leur donnant accès à la au monde des sentiments qu'ils ne ressentent pas, et donnant aux hypersensibles sécurité et assurance qui leur font défaut. Si mon autodiagnostic est le bon, l'hypersensibilité est en nous dès notre naissance et se relève ou ne devient dure à vivre qu'à partir du moment où des difficultés émotionnelles arrivent. Pour ma part à 27 ans lorsque je suis devenue maman...

  • Frederick

    Bonjour, J'ai plusieurs questions : - comment l'hypersensibilité est elle diagnostiquée ? - L'hypersensibilité peut elle être traitée à proprement parler ? - peut on en "guérir" ? Ne s'agirait il pas plutôt d'en comprendre la cause et de mieux vivre avec ? Merci d'avance pour vos éclairages

  • Nadia

    C’est exactement ça, très bel article qui décrit dans les détails ce que l’on peut ressentir

  • Nonoxyde

    Étant hypersensible, je ne suis pas d'accord pour dire que cela gâche la vie. Cela l'impacte, pas toujours de façon positive certes et ça compliqué grandement le rapport à l'autre, mais cela est aussi un atout essentiel dans tous les domaines. Cela permet de comprendre, de communiquer, d'avoir de "l'instinct". Je pense sincèrement que l'hypersensibilité doit être vue comme une allié, elle nous gâche la vie quand on la traite comme une chose qui nous ddifetencie et nous empêche de vivre correctement.

  • Thayshi

    Bonjour, merci pour votre article qui résume en partie l'hypersensibilité. Un thérapeute m'a appris il y a quelques années que je suis "hypersensible", terme que j'ai découvert à ce moment là et qui enfin expliquait tout. Quel soulagement! Car j'avais aussi le sentiment d'être comprise. Je comprenais aussi enfin pourquoi je fonctionnais de cette façon... et pourquoi mon langage et celui des autres dont ma famille étaient autant à l'opposé! Cependant j'ai toujours été comme je suis. Je ne savais pas qu'on pouvait devenir hypersensible suite à un évènement etc. J'ai du mal à comprende cette idée. Sincèrement avec le temps c'est plus dur à gérer. Vous avez raison de dire que ce n'est pas une force mais c sûr qu'il y a du positif comme le lien avec la nature et la bonne intuition, compréhension et analyse des choses, des autres... Par contre être une éponge est épuisant car on ne sait pas comment se détacher des émotions des autres, mêmes les non-dits, les fauts semblant on les ressent! C'est insupportable et quand on confronte l'autre et qu'il ment ça gâche les relations. Donc faut-il faire semblant aussi? Enfin, aujourd'hui j'ai beaucoup de mal à travailler, à être avec les autres. Sinon j'ai besoin de repos régulier et de pauses pour me ressourcer même après quelques heures. En fait j'aime la compagnie des autres mais à distance (je ne sais pas si vous comprenez). On veut toujours aider les autres mais j'ai l'impression qu'on souffre plus que celui qui a le problème! On porte sa souffrance et additionner à ce qu'on porte déjà, ça fait trop! Pour me protéger (d'ailleurs mon père est un pervers narcissique et mon 1er amour l'était aussi à mon grand désespoir) je suis obligée de cacher comme je suis. J'ai alors du mal à m'ouvrir. Je reste donc discrète.


Chargement en cours



derniers articles sur développement personnel