"Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une" de Raphaëlle Giordano

Mi roman, mi livre de développement personnel, cet ouvrage traite de thématiques très actuelles et nous ouvre des portes pour réaliser nos rêves.

19 AVRIL 2018 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

"Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une" de Raphaëlle Giordano

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une" est un livre de Raphaëlle Giordano sorti en 2015. À la frontière entre roman et développement personnel, ce livre a dès sa publication connu un immense succès car il a su séduire ceux qui ne lisent pas de livres de développement personnel comme ceux qui en lisent déjà.

Le roman dévoile l'histoire de Camille, qui a presque 40 ans, et semble avoir tout pour être heureuse. Mais son travail de commerciale ne l'épanouit pas, elle ne parvient plus à communiquer avec son fils et son mari se fait de plus en plus fuyant. Elle ne connaît pas de drame, mais ne se sent pas heureuse, n'arrive plus à ressentir de joie. Après un accident de voiture, elle rencontre Claude, routinologue, qui lui propose un accompagnement original et des exercices ludiques pour retrouver le chemin vers l'épanouissement.

Voici un livre qui nous parle à tous, que nous lisions ou non des livres de développement personnel, car il traite d'une thématique qui nous est chère : comment transformer notre vie pour mieux la vivre, pour la savourer pleinement ?

Les biens matériels ne remplacent pas l'épanouissement

Si ce livre connaît tant de succès, c'est bien parce qu'il nous touche profondément. Il parle à chacun d'entre nous qui ressent ou a déjà ressenti ce sentiment étrange : celui de tout avoir, d'avoir tout pour être heureux·se, et pourtant de se sentir incomplet·e, de se sentir comme une coquille vide.

Jean Giono en parlait déjà dans "la Chasse au Bonheur" :

"Il n'est pas vrai que nous n'ayons besoin que d'acier bien trempé, d'automobiles, de tracteurs, de frigidaires, d'éclairage électrique, d'autoroutes, de confort scientifique. Je sais que tous ces robots facilitent la vie, je m'en sers moi-même abondamment. Mais l'homme a aussi besoin de confort spirituel. La beauté est la charpente de son âme. Sans elle, demain, il se suicidera dans les palais de sa vie automatique".

Effectivement, l'épanouissement spirituel est mis à mal dans notre société qui vante la possession, le besoin d'avoir des biens matériels, mais aussi le travail. Nous perdons notre essence, nos repères et ce qui donne du sens à notre vie en essayant de nous conformer à ce que l'on attend de nous, à ce que nous devrions être, et non à ce que nous sommes réellement, intérieurement.

shutterstock-117157987.jpg

Ce climat fait que nous n'osons pas nous développer, nous n'osons pas écouter notre voix intérieure qui nous crie de changer, qui pleure ce besoin de changement. Nous préférons faire taire nos rêves pour des prétextes plus ou moins importants : je n'ai pas le temps, je ne peux pas financièrement, je ne saurai pas comment m'y prendre...

Tous ces prétextes sont valides et totalement cohérents, car poursuivre un rêve peut nous mettre dans une situation difficile, socialement, professionnellement ou financièrement.

Malgré tout, ne pas oser poursuivre nos rêves nous remplit d'un sentiment de vide. Nous sentons profondément qu'il nous manque quelque chose, qu'une partie de nous-même ne se complait pas dans cette vie et nous tire vers autre chose.

"- Vous souffrez probablement d'une forme de routinite aiguë.

- Une quoi ?

- Une routinite aiguë. C'est une affection de l'âme qui touche de plus en plus de gens dans le monde, surtout en Occident. Les symptômes sont presque toujours les mêmes : baisse de motivation, morosité chronique, perte de repères et de sens, difficulté à être heureux malgré une opulence de biens matériels, désenchantement, lassitude...

- Mais... Comment vous savez tout ça ?

- Je suis routinologue.

- Routino-quoi ?"

Souffrez-vous de routinite aiguë ?

Coach en créativité et développement personnel, Raphaëlle Giordano est aussi artiste peintre et autrice, et signe avec "Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une" son premier roman. Tiré à mille exemplaires à sa sortie en 2015, le livre est rapidement réédité, et ce malgré les critiques globalement négatives. Réédité plus de dix fois, il a atteint en deux ans les 500 000 exemplaires vendus, ce qui correspond aux chiffres de ventes d'un livre ayant gagné le prix Goncourt.

La preuve que ce livre, modeste, possède une vraie force : celle de s'adresser à notre nature profonde, celle de libérer la parole au lieu de l'étouffer ou de la taire. Car rares sont ceux qui osent dire que, malgré toutes leurs réussites, malgré tout ce qui leur sourit, ils ne se sentent pas heureux ni épanouis.

shutterstock-599112299.jpg

Ce livre, cet hybride, répond à ce besoin de sens que nous sommes nombreux à rechercher, sans comprendre exactement de quoi il s'agit. Il nous ouvre des portes pour mieux nous comprendre, pour nous encourager à nous nourrir spirituellement, mais aussi à tracer le chemins de nos rêves. Car nos rêves sont une partie centrale de nous-mêmes, une partie souvent non-entendue et qui meurt à petit feu sous les coups du quotidien, de la routine.

Outre son aspect divertissant, le livre nous offre des réponses sur nous-mêmes tout en nous apprenant à adopter des comportements plus sains, ainsi que des clés de développement personnel, comme le besoin de couper les fils du passé, l'ancrage positif ou encore l'abandon de la mitraillette à reproches.

Comme Camille, nous pouvons ainsi apprendre à mettre en place des expériences créatives, étonnantes et riches de sens pour que notre vie soit transformée, pour découvrir en nous des ressources et puiser des énergies libératrices, et ainsi repartir à la conquête de nos rêves.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

Commentaires 1
  • marina.roullier@gmail.com

    Sans avoir lu le livre et après 9 ans de bons et très loyaux service, mon employeur vient d'accepter ma demande de rupture conventionnelle. Je sors de ma zone de confort car j'entrepends un bilan de compétences semaine prochaine.

derniers articles sur développement personnel