Psychologue.net
Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

Déménagement suite à un décès

Réalisée par Steph le 31 janv. 2013 5 réponses  · Deuil

Bonjour,


Mes enfants et moi-même devons déménager, suite au décès de mon mari. Nous quittons la maison où mes enfants ont toujours vécu, pour nous rapprocher de ma famille, dans un autre département.


En plus de la douleur vécue en perdant leur père, le déménagement a rajouté une couche à tout ça. Je n'ai pas pu prendre une autre décision car nous n'avons personne là où nous vivons, je travaille toute la journée et ne peux pas assumer économiquement d'avoir quelqu'un qui s'occupe des enfants pendant la journée. Mes parents vont m'aider, nous allons vivre près d'eux, ce dont j'ai aussi besoin... Les trois le vivent mal mais c'est surtout l'aîné, 12 ans, qui réagit le plus mal.


Est-il possible de se faire aider pendant ce processus de déménagement (c'est pour le mois de mai) ? Des thérapies spéciales pour ce genre de situation ?


Merci

enfants , famille , parents , décès , douleur , thérapies

Meilleure réponse

Bonjour Madame,
Mes collègues ayant abordé le sujet de façon complète, je m'autoriserai à vous faire part d'un élément qui me semble essentiel, à savoir que votre démarche psychothérapeutique se devrait familiale.
Votre fils de 12 ans manifeste de façon visible ce qui est pour votre famille un temps particulièrement violent psychologiquement, l'accompagner chez un psy de façon individuelle ne serait pas pour le moment la meilleure réponse, au risque d'amplifier chez lui un sentiment de culpabilité que les enfants peuvent ressentir de façon forte au travers de la perte d'un parent.
Une démarche de toute la famille serait de mon regard un temps de paroles nécessaires et chacun à sa façon pourrait en présence des autres exprimer ses peines,ses pensées, ses peurs... Ce temps très particulier n'est pas insurmontable mais il nécessite des mots pour chacun, même pour ceux qui semblent être moins impactés.

Je vous transmets mes sincères condoléances et reste attentif à votre retour si vous le souhaitez.

Très sincèrement

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour,

Je réponds d'une façon tardive à votre question, mais c'est une question tellement sensible que j'ai voulu vous donner ma note de réflexion sur le sujet en question. Revenons donc sur le sujet de "Après le deuil, il faut partir...".

Après un deuil, arrive la dépression, la déprime, le stress, l'angoisse, l'anxiété, la peur du devenir de la famille... Comment faire son deuil de l'être aimé, du père de ses enfants, de conserver l'unité de la famille... Un deuil est toujours inattendu et cela provoque, psychologiquement, une chute libre.

Cela nécessite une prise en charge par un psychologue dès les premiers symptômes de la prise de conscience de la dure réalité du veuvage et du nouveau rôle de père. Cette nouvelle fonction au sein de la famille est, dans la plus grande partie des cas, difficile à assumer, dans la douleur et la peine.

Un soutien psychologique est indispensable pour contrôler son mal-être. Vous devez être maintenant dans une phase reconstructive et de réorganisation du noyau dur de votre famille. Cette phase et cette période n'est pas toujours acquise une fois pour toute. Elle peut être perturbée par des dates comme l'anniversaire ou un événement fortuit. Avec le temps qui passe, soyez disponible pour entamer une thérapie comportementale et cognitive avec un psychologue.

Cordialement,
Olivier DAWANT
Psychologue à Caen

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

23 MAI 2013

Logo Olivier Dawant - Psychologue Olivier Dawant - Psychologue

182 réponses

548 J'aime

Bonjour,

Je suis particulièrement touchée par votre énergie à faire face à cette situation de perte de votre mari et de votre lieu d'habitation. Concernant le déménagement, il est couramment admis qu'il s'agit d'un traumatisme particulièrement difficile à vivre. Il suppose de faire un travail de deuil et d'appropriation de son nouveau lieu de vie, "son intérieur" avec toute la symbolique que cela représente.

Comme le dit mon collègue, un travail familial à ce sujet me semble une approche adaptée car c'est tout un équilibre à retrouver dans votre vie à tous.

Vous souhaitant beaucoup de courage,

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

4 FÉVR. 2013

Logo Emmanuelle Lecomte - Cabinet De Psychothérapie Emmanuelle Lecomte - Cabinet De Psychothérapie

10 réponses

25 J'aime

Madame,

En complément des mots très justes de ma collègue, il est certain que chacun d'entre vous vivra ce deuil de manière individuelle et à son rythme. Dans cet esprit, j'ai rédigé un article sur ce site, qui apporte quelques pistes de réflexion et que vous trouverez à cette adresse :
https://www.psychologue.net/articles/deuil-et-travail-de-deuil

S'agissant de votre aîné, il est possible que la coupure des liens avec ses copains et ses copines lui pose problème. Peut-être serait-il bon de voir avec lui ce qu'il en est.

Maintenant, si l'aide d'un psy est fort précieuse dans ces moments douloureux, la façon d'aborder cette question (avec les enfants, les pré-ados, les ados, notamment,) devra être "souple", car cette démarche n'est jamais évidente pour eux.

Restant à votre disposition si je peux vous être utile, je vous adresse mes chaleureuses salutations, à vous-même ainsi qu'à ceux qui vous entourent.

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

31 JANV. 2013

Logo Maurice Gaillard Maurice Gaillard

1859 réponses

5516 J'aime

Vous êtes très courageuse et votre prise de conscience, dans ce contexte difficile, me touche. Ces changements ne sont pas faciles à gérer au quotidien, d’autant plus que ces évènements sont générateurs de stress pour vous et vos enfants. Ce rapprochement vers les grands-parents me semblent positif car vous avez besoin de soutien pour vous apaiser et vous permettre, à votre tour, de soulager vos enfants.

Il est important de répéter à l’enfant qu’il n’est pas responsables de la mort de son père, que ce dernier ne voulait ni mourir ni l’abandonner. Il faudra assurer vos enfants sur leur devenir et sur le fait qu’il y a d’autres personnes qui l’aiment, notamment les grands-parents, pas autant que leur père, mais différemment.

Si la détresse émotionnelle de votre fils est importante, une prise en charge avec un thérapeute spécialisé dans le traitement du trauma est conseillée.

Cordialement

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

Questions similaires

Voir toutes les questions
Perte de repères suite à déménagement

8 réponses, dernière réponse le 13 Octobre 2015

Dépresion suite à plusieurs deuils et sentiments

3 réponses, dernière réponse le 01 Novembre 2017

Dècés de ma maman qui entraînent certaines complications

9 réponses, dernière réponse le 14 Février 2017

je n'arrive plus à aimer ( suite )

2 réponses, dernière réponse le 15 Mai 2018

Suite 3 - Séparatiion famille recomposée

4 réponses, dernière réponse le 05 Février 2017

Phonophobe, comment vivre avec ? (suite 1)

1 réponse, dernière réponse le 02 Novembre 2016

Besoin de déménager constamment / comment faire pour me fixer?

3 réponses, dernière réponse le 29 Mai 2018

Résister à la pression, ou tout lâcher ?

9 réponses, dernière réponse le 16 Juin 2014