Épuisé, sur le point de tout lâcher, mais si près du but

Réalisée par Akwatik92 · 11 mars 2023 Aide psychologique

Bonjour,
Je vous écris aujourd'hui parce que je sens qu'après de nombreuses années de travail sur moi, de remises en question et de progrès, je commence enfin à comprendre comment vivre avec moi-même, mais les effets secondaires des changements viennent mettre le doigt juste là où ça fait mal, et je ne le gère pas bien (et ça montre que je n'ai pas encore atteint le centre de la cible).
En résumé, je suis né avec un handicap physique à une jambe, ce qui a entraîné tout une cascade d'effets néfastes sur mon image de moi et sur le comportement de mon entourage à mon égard. Ma mère m'a toujours sur couvé, ayant amplifié mon handicap dans sa tête (d'un problème de marche, je suis devenu un impotent total), ce qui fait que jusqu'à très tard je n'avais jamais eu à me battre pour quoi que ce soit, et je n'étais jamais au courant de rien, ne savais pas me débrouiller tout seul, et n'avais jamais développé mes capacités. En parallèle, puisque ma démarche est étrange à cause de ma jambe, j'ai toujours eu beaucoup de mal à me faire des amis, au début parce qu'on se moquait de moi, et que j'étais "repoussant", et ensuite, parce qu'inconsciemment, les gens me croient toujours incapables de faire les choses, me croient en difficulté, et me prennent en pitié, comme ma mère.
Tout ça a fini par imprimer en moi que je ne suis pas digne d'être apprécié, et que je ne suis capable de rien, et de ce fait, je n'avais jamais développé ma personnalité. Quand enfin j'avais réussi à me faire des amis, j'ai commencé à adopter des comportements assez destructeurs : N'ayant aucune idée de ce que j'aimais, et aucune confiance en moi pour commencer quoi que ce soit pour me développer, j'ai commencé à vivre ma vie à travers les leurs. En plus, ayant toujours cru que jamais personne ne pouvait m'apprécier, quand enfin c'est arrivé, j'ai pris ça comme une bénédiction, et j'ai tout fait pour ne jamais perdre ces gens, au point de développer un subterfuge de personnalité caméléon, qui s'adapte à tout le monde pour bien plaire, et surtout qui n'ose pas dire ce qu'il pense, de peur de froisser et d'être rejeté à nouveau.
En plus, j'ai été éduqué dans une famille très chrétienne, avec l'idée de toujours privilégier son prochain au détriment de soi-même. Cette même chrétienté a aussi retardé un autre processus chez moi : La découverte de ma sexualité. Dans ce milieu, c'est un sujet tabou, surtout quand ce n'est pas "conventionnel". Ce qui fait que j'avais toujours l'espoir de trouver une copine, mais sentais que quelque chose me bloquait, et que je leur paraissais bizarre. J'ai toujours cru que je devais être laid à cause de ma jambe. En fait, il s'avère que je suis homosexuel, mais dans un milieu aussi culpabilisant que celui de la religion, j'en avais même occulté la possibilité, ayant toujours entendu dire que c'était le mal, et que ça me vaudrait un tour en enfer.
Bref, à un moment donné, avec tous ces retards de développement, et cette stagnation, je me suis retrouvé comme un enfant chétif, perdu et apeuré dans le corps d'un adulte. Et, je devais le sentir assez fort inconsciemment, parce que j'ai décidé au terme du bac de partir vivre à l'étranger, loin de ce milieu délétère. Et c'est là que tout a explosé. Je me suis retrouvé avec mon âme de petit enfant blessé livré à moi-même dans un pays où je ne connaissais personne (traumatisme 1), sans savoir comment me débrouiller (traumatisme 2), en ayant finalement rencontré mon premier copain, qui s'est avéré adorer me montrer à quel point ma vie était fade et vide (traumatisme 3), mais qu'il m'a fallu deux ans avant de pouvoir le quitter par peur d'entrer en conflit avec lui et de me retrouver seul (traumatisme 4, puis 1 à nouveau). Je suis tombé en dépression sévère, avec un vide énorme dans tous les domaines de ma vie, sans savoir quoi faire pour en sortir.
C'était le point de départ de mon long chemin de croix vers la guérison, c'était en 2015.
Aujourd'hui, je suis retourné chez moi, j'ai terminé un parcours d'études, et suis sur la voie pour me lancer en indépendant.
J'ai pris conscience que je ne suis pas moche physiquement, que ma jambe n'est pas un problème pour rencontrer des gens, que je m'en sors très bien dans les tâches du quotidien, que j'ai rattrapé beaucoup de lacunes au niveau de mes connaissances, et que je commence gentiment à savoir quels sont mes centres d'intérêt.
Là où je suis encore bien embêté, c'est que je n'ai pas encore d'indépendance financière, ma formation ayant été très chère, et n'ayant pas un sou quand je suis rentré de l'étranger chez ma mère pour pouvoir la faire, et n'étant pas encore lancé en tant qu'indépendant. Je vis donc de petits jobs qui ne me laissent pas tant de liberté pour le moment. Ce qui fait donc que je ne peux pas tellement essayer de nouvelles activités, pour découvrir des choses, ou confirmer que c'est bel et bien quelque chose qui me plaît, et rencontrer de nouvelles personnes avec qui on a des intérêts en commun. De plus, comme c'est nouveau pour moi de me mettre à faire les choses pour et par moi-même, j'ai un vieux schéma qui se met en route : L'anxiété d'anticipation et la difficulté à initier la tâche. Donc je ne fais pas encore grand-chose, je ne rencontre pas grand monde, et les amis que j'ai toujours ici, ce sont ceux que j'ai réussi à garder depuis le lycée, mais on n'a plus les mêmes centres d'intérêt, et le fait que je suis parti plusieurs années à l'étranger a quand-même un peu émoussé notre relation, ce qui fait que je suis un peu l'éternel oublié. De plus, je commence à oser vivre pour moi comme je l'entends, et à dire m**** quand il le faut, ce qui fait que tous ces gens qui m'ont connu comme le gentil et docile petit bonhomme sont surpris et déçus de moi quand je m'affirme, et j'en perds encore quelques-uns au passage, les froisser me froisse aussi. Et surtout, de voir qu’une prise de position ruine 10 ans d’amitié, ça fait très mal. On réalise que ce n’était en fin de compte pas une réelle amitié, et ça sème le doute sur qui sont réellement des amis. Du coup, ça déclenche une anxiété sociale en moi. Et ça, c'est encore dur, parce que je me sens seul, j'ai l'impression que je passe à côté de ma vie, je me sens oublié ou délaissé, j'envie la vie des autres, et je commence à retomber dans le schéma où je suis sûr que personne ne m'apprécie, et j'ai de la peine à m'activer pour changer ça... je me dis que quand j'aurai enfin l'indépendance, je pourrai le changer, mais c'est une grosse incertitude pour moi, parce que je suis anxieux, que j'ai de la peine à initier les tâches, et que je doute toujours un peu de mes capacités à me débrouiller seul dans les situations inconnues. Or c'est précisément ce que je dois surmonter pour arriver à atteindre cette indépendance. Je me sens donc à nouveau comme flottant dans une forme de néant, entre un passé dont je me détache gentiment, mais qui met encore de grosses embûches sur mon chemin dans le désert du présent, vers un avenir difficile d'accès. Je sens que ce chemin me rend plus fort à chaque pas, mais il m'épuise aussi, et j'ai peur de l'inconnu devant moi, rendant ma progression encore plus difficile. Et cette situation me pèse beaucoup. Et j'ai peur de perdre mes dernières forces et de tout lâcher, après tant d'efforts, alors que je sens que je suis si près du but.
Merci de m'avoir lu jusqu'au bout, malgré la longueur et le décousu de mon récit. C'est difficile d'expliquer les choses simplement quand on est au cœur de l'histoire et que tous les éléments sont les causes et les conséquences des uns et des autres.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 25 JUIL. 2023

Bonjour

Merci d'avoir livré votre histoire, pas décousue du tout.
Vous avez parcouru très beau chemin d'émancipation et c'est normal douter et de rencontrer des difficultés. Etant donné que vous commencez à faire vos propres choix, vous expérimentez l'adage "choisir c'est renoncer". N'ayez pas peur de vous éloigner de celles et ceux qui ne vous acceptent pas. Restez courtois, communiquez avec diplomatie et le reste viendra ou pas. On ne peut pas rester ami et proche de tout le monde.
Il faudrait que vous arriviez à segmenter un peu les choses car vous allez vous noyer en vous mettant des objectifs très élevés et vous le savez c'est source d'angoisse pour vous.
Je suis à votre écoute si vous avez besoin d'un accompagnement pyschologique pour remettre les choses en perspective et y voir plus clair.
Bien à vous
Charlotte Drahy
Psychologue
Développement personnel, affirmation de soi, sens au travail, religion.

Charlotte Drahy Psy sur Boulogne-Billancourt

521 réponses

249 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Aide psychologique

Voir plus de psy spécialisés en Aide psychologique

Autres questions sur Aide psychologique

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 13100 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16250

psychologues

questions 13100

questions

réponses 136300

réponses