Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

Quand les indispensables se sentent trahis

Aider les autres est une bonne chose, mais nous devons comprendre les motifs qui nous poussent à le faire.

8 janv. 2019 Actualités - Lecture : min.

psychologues

Sous le masque de l'altruisme, certain(e)s aident les autres afin qu'ils leur soient redevables ou pour fortifier une relation. Mais la gratitude ne vient pas toujours. Que faire pour ne pas se sentir trahi ? 

Les personnes généreuses se plaignent parfois des déceptions provenant de personnes qu'elles ont aidé. Mais si elle les aident sans apparemment rien attendre en retour, pourquoi se sentir si trahies ensuite ? 

Avez-vous déjà remarqué qu'il est courant que nous aidions une personne et qu'une fois la crise dépassée, celle-ci devienne distante, voire ennemie ? C'est parce qu'elle vous associe à un moment difficile qu'elle préfère oublier. 

Pourquoi avons-nous tant besoin d'être les sauveurs des autres ? 

Sous le masque de l'altruisme se cache souvent un fort besoin d'être essentiel à quelqu'un de notre entourage proche. Selon la théorie du psychologue Antoni Bolinches, derrière l'addiction à assister et faire plaisir à tout le monde se cache un enfant qui a reçu peu d'amour de l'un ou l'autre de ses parents. C'est ce qui fait que la personne recherche à l'âge adulte l'amour qui lui a manqué, en l'achetant par des bonnes actions qui lui apportent reconnaissance et gratitude. Lorsque cette gratitude n'arrive pas ou que la faveur est oubliée trop rapidement, le "donneur" (comme le définit Adam Grant dans son livre Donner et Recevoir) se sent désespéré face à l'attitude du receveur. 

Selon ce psychologue, les "donneurs"sont excessivements attentionnés, confiants et disposés à sacrifier leurs intérêts pour le bénéfice des autres. En comparaison avec ce qu'ils reçoivent, Adan Grant précise que les plus généreux gagnent 14% de salaire en moins, "ont deux fois plus de risques d'être victimes de crimes" et sont considérés à 22% comme moins puissants et dominants que les autres. Car lorsqu'on offre à l'autre son propre argent, son propre temps, sa propre influence ou sa propre connaissance, on se met à son service. 

mainss.jpg

Qu'on le reconnaisse ou non, ce qu'on cherche en échange est d'occuper un poste central dans l'estime de l'autre, mais ce privilège est de courte durée. Après quelques semaines, cette personne a intégré le don et continue sa vie. 

Comment éviter ces relations toxiques ?

Nombreux sont ceux qui vivent mal ce supposé désenchantement et finissent par mettre un terme à la relation avec l'autre. Pour sortir de cette dynamique de relations toxiques, le psychologue Xavier Guix propose d'utiliser le diagramme de Peirce, philosophe et physicien des États-Unis (1839-1914). Ce diagramme est un outil explicatif du psychisme humain. Cette représentation graphique montre quatre cadres : le nécessaire, le possible, l'impossible et le contingent. 

Ceux qui cherchent à être essentiels à la vie des autres occupent le cadre du nécessaire : ils font de l'aide aux autres une nécessité et une obligation. Celui ou celle qui agit depuis cette position sur le diagramme arpente le monde en recherchant la faille, le trou qui doit être comblé. Si il ou elle se rend compte qu'un(e) ami(e) a un problème, il ou elle fera son possible pour l'aider à sortir de sa situation problématique, comme par exemple lui faire un prêt pour l'aider à payer son loyer. 

En procédant de cette façon, on génère une dette de plus en plus grande que les autres ne peuvent pas rembourser. Pour sortir du cercle vicieux, Xavier Guix propose se déplacer dans le cadre du possible, celui qui dicte le sens commun. 

cassur.jpg

Après un repas de six personnes, celui qui agit dans le cadre du possible paiera son propre menu, voire le sien et celui d'une personne invitée. Celui ou celle qui se trouve dans le cadre du nécessaire voudra être le héros du soir et paiera la note complète. Cette transition du nécessaire au possible n'est pas évidente : au début, le donneur compulsif devra lutter contre ses impulsions. Dans le cas du restaurant, il devra ainsi se demander "qu'est-ce que ferait une personne normale à ma place?"

Le défi sera encore plus grand quand le donneur verra que les personnes qu'il aime sont en train d'aller dans le mur. Il se sentira un besoin irréprésible de les sauver. Pour réprimer cet instinct, Xavier Guix précise qu'il est important de les laisser aller vers cet échec, car seules les personnes qui trébuchent et se trompent peuvent apprendre par elles-mêmes à mieux faire les choses. Et si elles tombent trop souvent, elles demanderont expressément de l'aide.

En définitive, il s'agit de défaire le noeud entre celui qui donne sans compter et celui qui reçoit sans gratitude. Ainsi, chaque personne peut suivre sa trajectoire par elle-même, sans dépendance ni dette. 

Photos : Shutterstock

Si vous avez des difficultés à vous détacher de cette position de donneur, prenez contact avec un(e) psychologue

0 J'aime

Laissez un commentaire

Le nom sera publié mais pas l'e-mail

INFORMATION BASIQUE SUR LA PROTECTION DES DONNÉES
Responsable: Verticales Intercom, S.L.
Finalités:
a) Envoi de la demande au client annonceur.
b) Activités de publicité et prospection commerciale pour divers médias et canaux de communication de produits et services propres.
c) Activités de publicité et prospection commerciale pour divers médias et canaux de communication de produits et services de tiers de différents secteurs d’activité, pouvant impliquer la cession de données personnelles aux dits tiers.
d) Segmentation et élaboration de profils pour des finalités de publicité et prospection commerciale.
e) Gestion des services et applications qu’offrent le Site aux Utilisateurs.
Légitimation: Consentement de l’intéressé(e).
Destinataires: Il est prévu de céder les données aux clients annonceurs pour mener à bien la demande d’information sur les services annoncés.
Droits: Vous avez le droit d’accéder, rectifier et éliminer les données ou de vous opposer au traitement des mêmes ou à l’une des finalités, ainsi que d’autres droits, comme il est expliqué dans l’information additionnelle.
Information additionnelle: Vous pouvez consulter l’information additionnelle et détaillée sur la Protection des Données sur psychologue.net/proteccion_datos

À lire aussi