Arrêt brutal thérapie : raison ou pas ?

Réalisée par lisa · 21 mars 2013 Thérapie brève

J'ai arrêté ma thérapie brutalement, il y a une semaine, après quatre ans de suivi. J'ai beaucoup menti lors de mon travail psychothérapeutique, incapable de travailler sur mes vraies souffrances. Récemment, ma psy m'a dit stop et fait part du fait qu'elle ne me croyait pas concernant ce que je lui disais.


Et pour la 1ère fois, j'ai été vraie. Depuis, il y a sans doute résistance et je lui ai dit que j'arrêtais. Bizarrement, j'aurais aimé qu'elle me retienne mais là, bien sûr, elle ne l'a pas fait, à mon grand regret. Libre de partir quand je veux.


Je lui ai écris un mail pour lui faire part du fait que je suis perdue mais aucun retour. Je vis un transfert excessif et parfois érotique. J'en souffre beaucoup, ceci a aussi, en plus de mes difficultés financières, contribuer à cet arrêt. Mais je souffre énormement de ne plus être accompagnée par elle.


Je suis complètement perdue.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 2 AVRIL 2013

Bonjour

Dans la mesure où vous reconnaissez ne pas avoir donner tous les faits et toutes les vérités à votre psychologue, votre travail n'a pas avancé et c'est pourquoi, au bout de tant de temps, vous en êtes là. D'ailleurs, il faudrait envisager le pourquoi de cet agissement, car votre but n'était pas de régler quelque problématique mais de faire durer la psychothérapie.

Ce qui est étonnant c'est que votre psy vous ait dit qu'elle ne vous croyait pas. Le psychologue ne remet pas en cause les dires de son patient sans but précis. Elle a réussi à vous faire "parler vrai" enfin. Mais au bout de 4 ans de thérapie, n'ayant pas réussi à vous mener là avant, on peut comprendre qu'elle mette fin à votre relation thérapeutique : elle reconnaît implicitement qu'elle ne sait pas s'y prendre avec vous et on ne peut que la féliciter de ce courage.

Mais la thérapie ayant pris fin, il est tout à fait normal qu'elle ne vous réponde pas, elle n'est plus votre thérapeute vous n'avez plus de raison de la contacter. Il y a fort à parier, d'ailleurs, qu'elle ne vous reprendra pas en tant que patiente car cela ne ferait que jouer votre jeu et entériner, sans le régler, votre transfert.

À vous désormais de faire votre chemin pour vous trouver un nouveau psychothérapeute.

Cordialement

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

22 MARS 2013

Vous décrivez une situation complexe qu'il faudrait connaître plus en détails. Apparemment votre psy vous a dit stop car elle souhaitait que vous cessiez de mentir et c'est vous qui, en réaction, avez arrêté la thérapie.

Néanmoins ces faits objectifs qui n'en disent pas assez sur le contexte affectif en particulier, qui régnait à ce moment-là.
En effet, il y a toujours, d'une part, ce qui se dit ou se fait et, d'autre part, la manière dont c'est dit ou fait...

En tout état de cause, la question n'est pas de savoir si vous avez eu raison ou tort d'arrêter ce travail, car cela s'est vraisemblablement imposé à vous, du fait vous ne pouviez pas aller plus loin à ce moment-là, c'est-à-dire répondre aux attentes de votre psy concernant votre sincérité.

Je pense, par ailleurs, que votre psy s'est sans doute trouvée débordée par le travail avec vous, comme semble en témoigner le fait qu'elle vous a laissé partir et son absence de réponse à votre e-mail.

Il n'est pas facile, en effet, de conduire un travail thérapeutique avec une personne insincère, ceci nécessitant beaucoup de perspicacité clinique et de patience.

En outre, lorsqu'il y a en plus "un transfert excessif et parfois érotique", il n'est pas simple de le manier, voire de l'analyser, d'autant que les 2 choses (l'insincérité et le transfert érotique) sont très vraisemblablement liées.

Quoi qu'il en soit, un travail thérapeutique nécessite un engagement de part et d'autre. On ne peut obliger personne à s'y impliquer ou à le poursuivre en cas de difficultés.

Si donc vous ne réussissez pas à reprendre le travail avec votre psy, vous ferez sans doute bien de contacter un(e) professionnel(le) qui saura mieux gérer la relation avec vous, et conduire ce travail jusqu'à son terme.

Restant à votre disposition pour tous renseignements complémentaires, je vous souhaite bon courage et bonne chance pour la suite.

Françoise Zannier
Docteur en Psychologie - Psychologue Psychothérapeute Coach Superviseur intégrative - Paris

Françoise Zannier Psy sur Paris

58 réponses

229 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

22 MARS 2013

Merci pour vos réponses à vous tous.

Je me retrouve plus dans le discours de Madame Basquin et donc je vais suivre son conseil. Ma psy, je pense, est une référente maternante pour moi, érotique parfois peut-être, car parasiter par une déviance subi enfant. Je pense que le mieux pour moi est de revoir ma psychologue et voir avec elle si on peut travailler tous les 15 jours au lieu de toutes les semaines, le temps que professionnellement ça se stabilise. Merci de m'avoir éclairé.

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

22 MARS 2013

Bonjour,

Je saisie que vous êtes actuellement dans une période de perte de repère, de souffrance en lien avec de nombreux déclencheurs de problèmes d'argent, des projections érotiques sur votre thérapeute et des mécanismes de défense en lien avec le mensonge.

Je pense qu'il y a beaucoup de choses que vous auriez besoin de démêler dans cette histoire et j'entends que changer de thérapeute ne vous tente pas. Je peux cependant vous inviter à aller chercher de l'aide soit auprès de cette personne mais cela risque d'être difficile car de nombreuses choses se jouent dans cette relation, soit auprès d'une autre thérapeute durant un moment afin de démêler pour reprendre ensuite avec votre thérapeute.

En ce qui concerne vos difficultés financière il est toujours possible d'en échanger avec la personne avec qui vous souhaitez travailler et de voir comment elle peut trouver avec vous une solution satisfaisante.

Je vous souhaite bonne suite dans vos démarches.
Bien cordialement,

Anonyme-145714 Psy sur Toulouse

81 réponses

310 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

22 MARS 2013

Bonjour Lisa,

Je suis très touchée par votre histoire.

Au fait, ce n'était pas une thérapie, c'était votre tentative à recréer une "famille normale", où vous avez trouvé certainement de la compassion, de l'empathie, du "vrai", même si cela a été fondé sur le "faux".

Votre psychologue a joué un rôle que vous lui avez attribué : la mère, la soeur, l'amie, celle qui comprend tout et qui vous accepte "comme vous êtes". Le problème est que la peur de la perdre a un moment donné a été plus forte que votre intention de travailler, et vous avez choisi de mentir pour sauver la relation.

Vous avez dit que, enfant, vous avez subi l'inceste. Comment cet épisode douloureux a été traité au moment des faits ? A-t-il été traité ? Quelle était votre réponse "comportementale" au sein de votre famille ? Avez-vous menti aux proches pour vous protéger ? Et beaucoup d'autres questions...

Je pense que, malgré tout, la relation que vous avez construite avec votre psychologue a un sens positif pour vous, vous lui faites confiance, et pour vous ça ne doit pas être évident. Continuez avec elle, n'ayez pas peur ! Cette "crise", quant à elle, a un sens aussi...

Concernant les finances, vous pouvez vous mettre d'accord avec votre psychologue sur un autre rythme, par exemple.

Cordialement,
Irina Andryushchenko-Basquin, psychologue

Irina Andryushchenko-Basquin Psy sur Montmacq

3 réponses

5 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

22 MARS 2013

Bonjour
La première chose à faire est de vous pardonner de mentir. Le mensonge est en effet une stratégie pour éviter de trop souffrir. C'est ce que votre cerveau a choisi . Le problème , c'est que maintenant c'est justement cette stratégie qui vous fait souffrir.
Votre objectif est de sortir de cette souffrance. Je vous conseille donc de prendre plusieurs RV avec des psychothérapeutes pour une prise de contact de 10 mm (gratuitement) afin de choisir celui avec qui vous vous sentirez le plus à l'aise et en empathie.
Ensuite, pour prendre le taureau par les cornes, vous pourrez dire d'emblée que vous avez installé sans le vouloir un mécanisme de mensonge et que vous voulez en sortir. Cela vous demandera du courage pour affronter cette souffrance qui est en vous , mais après vous vous sentirez beaucoup mieux. Vous pourrez ensuite trouver avec le thérapeute un autre mode de fonctionnement plus efficace et plus agréable.
Efforcez vous de ne pas vous juger . Nous fonctionnons tous avec des mécanismes pour éviter de trop souffrir. C'est comme ça. Partager cela avec un thérapeute vous aidera beaucoup.
Je vous souhaite bon courage...
Hélène POISOT
05 61 67 85 58

Hélène Poisot - Coach Psy sur Pamiers

39 réponses

148 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

22 MARS 2013

Bonjour,

Dans tous les cas , il ne faut jamais arrêter brutalement une thérapie. Visiblement quelque chose s'est passé (elle a découvert vos mensonges ?) et cela vous a fait peur .Votre départ ressemble à une fuite, au moment où vous alliez, peut-être commencer à aborder des choses qui vous effraient. Je crois que l'argent n'est qu'un prétexte dans ce cas.

Le transfert fait partie de la thérapie, et c'est en l'analysant avec votre thérapeute, sans honte puisqu'elle ne juge pas mais est là pour vous comprendre,que vous pourrez aller mieux.

Je vous conseillerai de retourner la voir , de discuter de cela avec elle, et de déterminer si vous souhaitez continuer avec elle ou avec un autre thérapeute, mais ne restez pas sur cet arrêt impulsif qui vous fait souffrir. Rappelez-là !

Bon courage.
Véronique Eskenazi

Véronique Eskenazi Psy sur Cagnes-sur-Mer

4 réponses

1 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

21 MARS 2013

Je tiens à préciser que je n'ai aucune activité sexuelle et ce depuis 5 années, donc pas de dépendance à une hyper sexualité. Mais il est vrai que je peux parfois avoir des images érotiques avec ma psychologue.

Je recherche également un amour maternant de sa part, sans aucune connotation sexuelle, juste de l'attention. C'est en cela que je dis que mon transfert envers elle est excessif. Je tiens aussi aà ajouter que j'ai subi l'inceste enfant et que, ceci laissant des traces de grandes souffrances, nous avons un peu travaillé dessus, car je n'ai jamais réussi à en parler vraiment.

Je suis souvent prise d'angoisse lorsque j'aborde ce sujet. Ma psy m'a conseillé d'en parler à taton, sinon je plonge dans l'anxiété voir la dissociation. Reprendre avec quelqu'un d'autre je ne sais pas, j'ai confiance en cette psy. Elle me connaît et arrive à faire la part des choses : du vrai, du faux.

Aujourd'hui, je crois que c'est plus le côté financier qui m'empêche de continuer avec elle. Merci en tout cas pour toute réponse, je suis preneuse.

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

21 MARS 2013

Bonjour,

J'ai vu et lu votre demande et je vous répond d'une façon synthétique. Vous avez inventé une double vie, avec des mensonges, pour installer une vie supplémentaire à la votre et, ceci, pour exister et pour satisfaire votre imaginaire et votre mythomanie latente...

Et, en plus, vous avez menti à votre psychologue, ce n'est pas bien. Comment voulez-vous qu'elle vous aide correctement si les bases sont inexactes ? Toutes les vérités sont bonnes à dire à votre psychologue.

Vous vivez également une déviance sexuelle par des idées obsédantes, compulsives, avec l'aide de fantasmes... les hyper sexuels sont victimes de leur dépendance, ils ont un rapport douloureux avec leur sexualité et se sentent engagés dans un engrenage... ce dont vous ne pouvez plus vous passer.

Vous finirez par ressentir de la honte et de la culpabilité devant cette impuissance à contrôler votre comportement même si vous en connaissez les conséquences.

Il faut choisir un nouveau psychologue avec qui vous pourrez élaborer une nouvelle thérapie constructive, pour identifier les causes et qui pourra vous orienter vers les sources disponibles pour vaincre vos dépendances.

Cordialement,

Olivier DAWANT
Psychologue à Caen

Olivier Dawant - Psychologue Psy sur Caen

181 réponses

621 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Thérapie brève

Voir plus de psy spécialisés en Thérapie brève

Autres questions sur Thérapie brève

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 13500 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16350

psychologues

questions 13500

questions

réponses 137150

réponses