Les plus sensibles à la musique ont un cerveau unique

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

D'après un chercheur, les personnes qui ressentent de fortes émotions en écoutant de la musique auraient un cerveau différent.

13 sept. 2017 · Lecture : min.
Les plus sensibles à la musique ont un cerveau unique

Avez-vous déjà eu la chair de poule en écoutant une chanson ? D'après une étude, les personnes qui ressentent ce type d'émotion face à l'esthétisme d'une chanson auraient un cerveau structuré différemment.

Lorsque Alissia Der Sarkissian écoute la chanson "Nude", de Radiohead, son corps change : "j'ai l'impression que ma respiration se cale sur la musique, mon coeur bat plus lentement et je me sens plus consciente de la musique, des émotions de la chanson et de la réponse de mon corps", explique cette chercheuse à l'USC Brain and Creativity Institute, de l'Université des Lettres, Arts et Sciences de Dornsife.

Alissia Der Sarkissian est une amie de Matthew Sachs, un doctorant qui a publié l'an passé une étude pour expliquer pourquoi certaines personnes, comme elle, ont la chair de poule lorsqu'elles écoutent de la musique. Selon ses conclusions, ces personnes ont des différences structurelles dans le cerveau par rapport à celles à qui la musique ne donne pas de grandes émotions. Elles ont un plus grand nombre de fibres qui connectent leur cortex auditif aux aires associées à la gestion des émotions, ce qui signifie que ces deux aires communiquent plus facilement entre elles.

"L'idée est que plus de fibres et une efficacité décuplée entre deux régions signifie que vous avez un meilleur traitement entre les deux", explique Matthew Sachs

shutterstock-331764680.jpg

Les personnes qui ont la chair de poule à l'écoute d'une chanson ont une compétence enrichie à l'expérimentation d'émotions intenses, explique Matthew Sachs. Pour le moment, c'est quelque chose que l'on applique juste à la musique car cette étude s'est particulièrement concentrée sur le cortex auditif. Mais elle pourrait ouvrir le champ à bien d'autres études et permettrait d'être utilisée de différentes manières, ajoute Matthew Sachs.

Les êtres humains sont seuls à apprécier l'esthétisme, à expérimenter une réponse de plaisir aux stimuli complexes qu'ils ressentent. Et pourtant, cette réponse n'a aucune valeur intrinsèque dans la quête de survie. Pourtant, des distinctions substantielles existent dans la fréquence et la spécificité de la réponse à l'esthétique. Alors que le plaisir ressenti face à l'esthétique est associé au circuit neural de la récompense, les différences individuelles sont toujours peu claires.

shutterstock-668174680.jpg

En utilisant une combinaison de données provenant d'enquêtes, des mesures comportementales et physiopsychologiques et de l'imagerie du tenseur de diffusion, cette étude démontre que la connectivité de la matière blanche entre les aires sensorielles (gyrus temporal supérieur) et les aires émotionnelles et sociales (cortex préfrontal) explique les différences individuelles dans la manière dont on ressent la musique.

Cette étude offre la première preuve de base neurale impliquant des différences dans l'accessibilité sensorielle et le système de récompense, et suggère que la communication sociale-émotionnelle par le conduit auditif peut offrir une base évolutive pour la création musicale ayant une fonction de récompense esthétique pour les humains.

Photos : Shutterstock

psychologues
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail
Commentaires 1
  • Eglantine

    La musicothérapie oui, la musique me transporte, elle est évocatrice et je la ressens, je suis hypersensible, peut-être est ce la cause?