Que signifie être transgenre ?

Il y a beaucoup d'a priori sur l'identité de genre. Vous vous demandez ce qu'est être transgenre ? Il est important de bien le comprendre pour ne plus alimenter l'intolérance.

24 MARS 2017 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Que signifie être transgenre ?

Pour la plupart des personnes, il n'existe que deux genres préétablis : l'homme et la femme, dont la constitution et le comportement sont particulièrement liés au sexe biologique. Or, les personnes transgenres sont celles qui ne s'identifient pas avec le genre qu'on leur a assigné à la naissance.

Jusqu'au 18e siècle, on considérait qu'il était normal que l'identité et les attributs sexuels ne coïncident pas. Le siècle de la raison et des Lumières va petit à petit faire voler cela en éclats. Au 19e siècle, avec les progrès de la biologie, les scientifiques occidentaux établissent comme une vérité absolue le fait que ce n'est pas Dieu, mais la nature qui créé les différences entre hommes et femmes. Pour certains idéologues, c'est le moyen de prouver que les hommes sont naturellement hommes et les femmes naturellement femmes en raison de leurs organes, de leurs gènes, de leurs hormones... Or, au fil du temps et des découvertes scientifiques, ces idées sont peu à peu démantelées. La femme n'a pas de prédisposition à l'hystérie plus qu'elle n'en a à lire des romans d'amour, et les hommes n'en ont pas pas plus pour allumer un feu ou changer une roue.

Tout ce qui était admis il y a 100 ans nous semble aujourd'hui totalement révolu, voire farfelu. Pourquoi, dans ce cas, ne pas admettre que nos certitudes actuelles reposent, elles aussi, sur des préjugés ?

La question du genre est particulièrement épineuse en ce sens. On considère encore, souvent fermement, qu'il n'existe que deux genres, l'homme et la femme. La langue française même n'est pas faite pour laisser la place à d'autres genres. Et pourtant, les scientifiques ont découvert qu'il n'existait pas deux sexes, mais 48. C'est-à-dire qu'entre l'homme à 100% et la femme à 100%, il existerait environ 46 intersexuations. Chaque personne serait elle-même constituée entre 10 et 40% des marqueurs biologiques de l'autre sexe.

shutterstock-535347244.jpg

Comprendre le transgénérisme

Pour comprendre les notions de genre, de sexe et d'identité, il est important de redéfinir des concepts de base, que l'on a parfois tendance à mélanger. Il y a en effet trois réalités à propos du sexe et de l'identité, qui ne sont pas liées mais qui sont souvent confondues :

  • Les attributs sexuels : ils n'ont aucun lien avec l'identité, tout sexe peut cohabiter avec toute identité
  • L'identité : c'est la personne que l'on est, indépendamment de ses attributs sexuels
  • La sexualité : elle n'est liée ni au genre, ni au corps.

Tout genre peut coïncider avec toute identité.

La pilosité, les vêtements, le maquillage, le ton de la voix... sont appelés "expression de genre" : ce sont des marqueurs que l'on peut ou non contrôler, et qui n'ont aucune influence sur l'identité. Être d'un genre ou d'un autre peut influencer la manière dont ces marqueurs s'expriment, mais ne définit en rien l'identité de la personne. Porter des habits de femme ne signifie pas être une femme.

Lorsqu'un enfant naît, on lui attribue classiquement le genre qui correspond à ses attributs sexuels. Ainsi, une personne cisgenre est une personne dont le genre correspond à celui qu'on lui a assigné à la naissance, et une personne transgenre ne se reconnaît pas dans celui qu'on lui a assigné à la naissance.

shutterstock-209012497.jpg

Comment se manifestent les signes du transgénérisme ?

L'insatisfaction de son propre corps ou la non reconnaissance de son sexe biologique peut apparaître tôt, et des enfants peuvent montrer dès l'âge de 3 ou 4 ans qu'ils sont transgenres. Il est fondamental pour toutes les personnes d'avoir l'appui d'un psychologue spécialisé dans les questions de genre, et notamment pour les enfants, afin qu'ils puissent passer à travers ce processus de manière naturelle, en leur offrant un espace suffisant pour se manifester, et qui permettra de découvrir si réellement ils vivent un conflit identitaire ou s'il s'agit d'un moment de mal-être.

Les transgenres ont souvent la sensation de ne pas être dans le bon corps, souffrent d'un inconfort constant en relation avec leur propre sexe. Beaucoup, d'ailleurs, afin d'expliquer à leurs proches leur sensation, expliquent que c'est comme si on leur avait donné des vêtements dans lesquels ils se sentaient mal (trop grands, trop petits, trop voyants ou trop ternes...). On peut vivre comme cela, mais au bout d'un moment, on a envie que les autres nous voient tels que l'on est, et pas uniquement à travers ces vêtements qui ne nous définissent pas et dans lesquels on ne se reconnaît pas.

Quelle est la différence entre transgenre et transexuel ?

Dans les deux cas, les personnes sentent un inconfort au niveau biologique, mais ces deux termes englobent une différence marquante :

  • Transexuel : il s'agit d'une personne pour qui les attributs sexuels ne correspondent pas à l'identité, et qui ont un fort besoin de modifier leur corps, par exemple à travers une thérapie hormonale ou une chirurgie de réassignation sexuelle.
  • Transgenre : il s'agit d'une personne qui ne se reconnaît pas dans tout ou partie du genre qu'on lui a assigné à la naissance, mais qui ne ressent pas forcément pour autant le besoin de modifier son anatomie.

L'expression de genre est quelque chose de très subjectif, elle passe principalement par le ressenti et l'envie ou non d'avoir un corps qui correspond à l'identité à laquelle on se sent appartenir.

shutterstock-115885903.jpg

Pourquoi est-il important d'avoir l'aide d'un psychologue ?

Le transgénérisme n'est pas une maladie, cela n'est pas contagieux et ne se transmet pas aux enfants, tout comme il ne s'agit pas d'un effet de mode. On recense en effet de plus en plus de personnes qui admettent être transgenres, mais cela tient plus du fait que la parole se libère de plus en plus autour de cette question.

Pour autant, ce n'est jamais facile de faire face à des sentiments et conflits provoqués par le fait de ne pas se reconnaître dans le genre qu'on nous a attribué à la naissance et s'accepter comme transgenre. L'aide d'un psychologue peut être très utile car le professionnel ne verra pas cela comme une pathologie, mais tentera de dresser un état des lieux de votre vie, de vous faire mettre au jour vos peur et vos désirs. Être transgenre peut être une possibilité parmi d'autres d'exprimer son identité, comme d'autres l'expriment en étant cisgenre. Il est important de pouvoir vivre son identité de genre de la manière dont on ne se sent le mieux et, pour cela, être bien entouré est crucial.

Différents termes pour différents genres

Il existe actuellement une multitude d'autres genres que le féminin et le masculin, et il est probable que, grâce aux avancées de la recherche et à la libération croissante de la parole à ce sujet, on découvre de plus en plus de genres.

  • Cisgenre : personne dont le genre correspond à celui assigné à sa naissance
  • Transgenre :personne dont le genre ne correspond pas à tout ou partie de celui assigné à sa naissance.
  • Agender ou agenre : lorsque la personne n'a pas de genre. On peut aussi dire "neutre" ou "neutrois"
  • Agenderflux : personne agenre qui a parfois des poussées vers d'autres genres
  • Androgyne : personne qui est un mélange des genres homme et femme
  • Bigenre / trigenre : personne qui possède deux ou trois identités de genre
  • Demiboy / demigirl : personne qui est en partie homme ou femme et d'un autre genre.
  • Genderfluid : personne dont le genre peut varier, pas forcément entre les deux extrémités "homme" et "femme"
  • Queer : personnes dont le genre, la sexualité, le romantisme et l'habillement sortent des normes et le revendiquent. Ce mot a une connotation militante forte.

Tout genre peut coïncider avec toute identité ou toute sexualité, et l'important est que chaque personne se sente suffisamment soutenue et entourée pour pouvoir s'épanouir et vivre sereinement.

Enfin, notons qu'au fil des années des glissements sémantiques s'opèrent qui marquent le rapport que nous entretenons avec les autres. De même que l'on est passé des "handicapés" aux "personnes handicapées" ou "porteuses de handicap", nous passerons sans doute un jour des "transgenres" aux "personnes transgenres" ou "de type transgenre". Autrement dit à une nouvelle forme de reconnaissance de ce qui fait encore débat.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

Commentaires 36
  • Marie-Jeanne Decourroux

    Une idéologie qui imagine des hommes comme des femmes et des femmes comme des hommes non seulement détruit le sport féminin mais, surtout, défie le principe de la réalité [qui donne strictement priorité au factuel sur l'imaginaire en cas de conflit]. Elle ressemble à la vision du monde médiévale qui, contrairement à toute réalité, s'accrochait désespérément à la vision du monde géocentrique. La réalité factuelle n'est plus déterminante, mais le ressenti subjectif : jadis celui du citoyen géocentrique au centre supposé du monde, aujourd'hui celui des hommes et des femmes excentriques supposés du sexe opposé. Transgenre est un cas Galileo moderne. Cette fois ci pas de l'Église catholique cette, mais d'une secte religieuse laïque.

  • Dakota 40

    Il est jamais bon de nier que DIeu n'est pas à l'origine de la création de el'homme et de la femme.

  • Marie de la Cheneliere

    Transgenre : "Pourquoi est-il important d'avoir l'aide d'un psychologue ?" Il vaudrait mieux écrire "pourquoi est-il important de fuir les psychologues?" Parce qu'en 50 ans de psychiatrisation j'ai toujours vu les psychologues à la botte des psychiatres et travailler avec les diagnostics du DSM ou de la CIM. J'ai 69 ans et je suis une femme trans*. J'ai été "normale" jusqu'à l'âge de 8 ans puis je suis devenue déviante sexuelle classée comme transvestitite (si si ça a existé) puis trans sexuelle en deux mots puis transsexuelle en un mot, toujours malade mentale et classée dans le trouble de l'identité sexuelle (le mot genre a longtemps été banni en français). Enfin, j'ai eu droit à d'autres étiquettes de classement. psychotique pour les lacaniens par exemple. Ces dernières années j'ai été atteinte de dysphorie selon le DSM 5 et je suis redenue "normale" l'année dernière avec le diagnostic d'incongruence de genre de la CIM 11. Autant dire que j'en ai vu des changements pendant ma vie de trans*. Sachant que nous avons été des "problèmes" pour les psychiatres et psychologues de leurs équipes et que j'ai vu un très grand nombre de membre de ma communauté supprimer le "problème", j'aimerai savoir "À quel moment les petits génies de la psychologie (et de la psychiatrie) ont-ils été dans le vrai? " Il y a peut-être des domaines ou vous êtes utiles, mais celui là j'en doute. La transidentité est un domaine où on devrait nous f... la paix.

  • Bamba

    Bonsoir à toutes et tous Le genre est un conditionnement culturel, artificiel, qui perturbe femmes et hommes depuis toujours. Avant de caricaturer les Inuits du Pôle Nord et les Touaregs du désert, il convient de se documenter. Par exemple les hommes, chez les Amérindiens, du plus petit groupe de chasseurs cueilleurs au grandes nations iroquoises, choisissent leur genre. L'homme qui préfère rejoindre les femmes doit en adopter les attitudes et le travail. Par contre, gare à lui s'il ne se conforme pas à la façon de vivre des femmes. En Amazonie, il risque la mort. (Voir P. Clastre, ethnologue). Cordialement.

  • allal

    Pourquoi les esquimeaux er les hommes du desert ,n ont pas ces preoccupations?Les pays riches ont ces obsessions favorisées par une medecine ploutocratique qui propose la boucherie esthetique et c est pour le bonheur de l industrie cosmétique !!!!!

  • Dobermann

    Pourquoi les ladyboy sentent ils le besoin de se prostituer ???? Certain sont TOP d autres BOTTOM et d autres BOTH ( certain encule d autres se font enculer et d autres font les deux).

  • Christophe

    "+1" pour votre commentaire, Annaëlle ^^

  • tweety

    je ne savais pas qu ca existait merci pour cet article

  • Emilie

    @Charlotte > Ce qui est curieux, c'est que le contraire (une femme se sent homme) cela n'existe pas... C'est à 100 % des garçons qui se ressentent filles C'est plutôt faux, mais moins médiatisé. Si tu maîtrises l'anglais je t'invite à parcourir https://www.reddit.com/r/ftm, qui est un forum dédié aux hommes transgenres et transsexuels (donc, pour bien clarifier, aux personnes nés femmes mais se sentant hommes). À part ça, je te félicite pour ce message plein de positivité

  • charlotte

    Si à ce jour, la chirurgie permet de régler ce problème hyper-important!!! et bien, tant mieux..Ce qui est curieux, c'est que le contraire (une femme se sent homme) cela n'existe pas... C'est à 100 % des garçons qui se ressentent filles, si on peut les aider pour s'épanouir dans la vie, c'est merveilleux, car jadis, cela n'existait pas...Donc bravo à la chirurgie, et qui est suivie par une possibilité administrative de devenir femme (prénom) et sexe... Je suis pour .. M.C


Chargement en cours



derniers articles sur actualités