Mon compagnon a un problème avec l' alcool

Réalisée par claire · 27 nov. 2020 Aide psychologique

Bonjour à tous,

Triste et désemparée.
Je m'excuse d’avance, le résumé va être long, mais je ressens le besoin presque « viscéral » de poser les choses par écrit.
Merci par avance de me lire.

Voilà 3 ans que je suis avec mon compagnon et je pense être arrivée à bout de notre histoire à cause de sa foutue addiction à l'alcool...
Une sacré maladie qui apparemment ne date pas d' il y a trois ans mais plus. Je l'ai appris plus tard..

Il y a des jours où tout va bien, j'ai l' impression de le retrouver comme au début de notre relation (gentil, drôle et aimant) et d'autres fois ( encore plus souvent depuis le confinement d'ailleurs) ou je n'en peux plus ou je sais plus quoi faire pour l’épauler, l’accompagner, l'aider !!

NOUS n'avons plus de conversations normales ...Les projets n'en parlons même plus … j'ai peur d'avoir des enfants de plus en plus dans ces conditions qui ne changent pas et par ailleurs, il se met à découvert sans arrêt avec sa consommation ( entre autres) ce qui ne l'aide pas à déstresser par la suite.
Il titube dans la maison, parle très fort, fait des monologues... me coupe la parole, cache ces bières en grand nombre (canette 50 cl x je ne sais pas cb), me réveille en pleine nuit alors que je travaille, m'insulte.
Il me ment et me dit qu'il n'a pas bu alors que j'ai juste à jeter un œil pour voir qu'il est bien ivre!!
Une fois il s'est même cogné la tête contre les murs.( une consommation sûrement cumulées à de la cocaïne malheureusement). Il m'a aussi déjà menacé de se suicider et m' a même envoyé une photo de corde alors que j’étais partie prendre du recul ailleurs. Heureusement, il n'est pas passé à l'acte ! Dieu merci.

Je m'éloigne pour dormir dans une autre chambre la nuit, car il ronfle fort complètement bourré et l'alcool devient le parfum d'ambiance.. puis un autre jour ( ou dans la même journée) dès que je lui fais part de mes inquiétudes ou autres que je m'énerve de désespoir n'arrivant pas à lui ouvrir les yeux. Il retourne les situations sur moi. Me dit que j' ai dit cela alors que non, m'insulte…. Me traite de menteuse( comme de la manipulation. On dit d un alcoolique qu' il est de par le force de son addiction "manipulateur" et parfois j' en viens même à me demander si il ne me manipule même pas en dehors de cette addiction. ..)
Il devient paranoïaque, m'accuse de me faire berner par mes amis et qu' ils vont me dire de le quitter. Alors que je prends mes décisions moi-même. Personne ne le critique et je n’ étale pas ma vie perso. Je n' en parle pas ou vraiment très peu a qui que se soit même ma famille n'est pas au courant de son addiction à l’alcool.
C'est invivable!! Ça altère complètement ces capacités psychiques et intellectuelles. Je ne le reconnais plus, il détériore la maison et le lendemain je nettoie.
Il a déjà perdu son permis de conduire une fois et a réussi à casser ma voiture ... Il y a 8 mois. Elle est partit à la casse.
J'ai eu peur pour lui ce jour là comme d'autres, heureusement il est rentré indemne Ouf !!
Parfois il s'énerve car je m'énerve en lui expliquant son comportement et en essayant de lui trouver des solutions et du coup il part faire des tours en voitures très impulsivement. il ne fait que des aller-retours en voiture dans la journée pour boire des bières en cachette alors qu' il me promet de ne pas aller en chercher ou en reprendre!!!

Je culpabilise de m’énerver et je me dis que je ne l'aide pas.. un vrai cercle vicieux, j'ai l impression d etre devenue colérique parfois et que finalement c est moi le pb!! Je lui ai mis des ultimatums a plusieurs reprises mais pas de changements…. Il me supplie juste de pas le quitter, que quand je veux partir, je dis n' importe quoi, que ca va aller mieux, j' y crois et.. rebelote…

Il y a un an et demi de cela, je l'ai quitté ne sachant plus quoi faire face à son addiction. Il s'est excusé, ma fait des promesses..
J' y ai cru, je suis revenue.
Ma famille , s'en connaitre son pb avec l'alcool ne voulait pourtant pas que j' y retourne me voyant triste...

Pendant les trois ans, il a vu des médecins généralistes qui lui ont conseillé des médicaments pour l’alcool que finalement il ne prenait pas ou alors après avoir bu..., donc il vomissait... des gouttes pour l'anxiété aussi …
Il a vu des psychiatres mais il n'a pas persévéré mahleureusement .
Je l'ai accompagné dans un centre d'addictologie mais les rdv sont très espacés , les bénéficiaires sont livrés à eux même. Un rdv psy devait lui être attribué avec le centre mais si on ne les relance pas... rien.
Les hospitalisations compliquées... il ne le veut pas de toute manière car il dit que dans ces cas là on les bourre de médocs et on les prends pour des fous...... ( j'ai parfois envie d'appeler le 15 mais je ne peux pas le faire de son plein grès)..

Je comprends pas comment il a pu en arriver là, comment j'ai pu cautionner cela. ( l amour sans doute, mais toxique aussi). Je suis malheureuse de le voir se détruire, lui qui a tellement de potentiel.... du gâchis je vous le dis!!!

Aujourd'hui, épuisée j'ai envie de partir car je veux avance, même si je l'aime. Il me dit vouloir la même chose mais à un tout autre comportement.
J' ai peur de le laisser ,qu'il sombre plus... ça me rend malade mais je suis a bout. Un vrai mélange de tristesse et de culpabilité .

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Meilleure réponse 28 NOV. 2020

Bonjour Claire,
Vous êtes courageuse de rester dans cette situation tout en sachant que cela ne s'améliore pas. Je comprends bien que vous culpabilisez, mais lui aussi culpabilise énormément.
Dans tous les cas, je saisi bien que vous ne voulez pas être responsable de sa déchéance, mais votre présence n'y change rien apparemment. Après tout, vous êtes tous deux adultes, donc il peut se gérer seul et vous aussi, je vous rappelle qu'il n'est pas votre enfant, mais bien un adulte (en souffrance), vous aussi vous souffrez ne l'oubliez pas.
Nous pouvons échanger ensemble afin de clarifier la situation et vos ressentis, je pourrais alors vous accompagner dans vos choix.
Bon samedi
A très vite
Cordialement

Marjorie LUGARI - Psychanalyste - Sexothérapeute - Praticien en Psychothérapie
Retrouvez moi en télé consultation ici, sur Doctolib ou Whatsapp

LUGARI Marjorie Psy sur Saint-Maximin-la-Sainte-Baume

2596 réponses

4086 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

29 NOV. 2020

Bonjour Claire,
il faut vous protéger et prendre les mesures qui s'imposent pour cela. Vous avez tentés beaucoup de choses et fait preuves de beaucoup de compréhension et de patience.
Je dois vous dire vous vous trompez, vous n'avez pas besoin de son autorisation ou de son consentement pour chercher de l'aide auprès du 15 et du 17! C'est d'ailleurs souvent au moment d'une crise que la situation est prise réellement en compte à et à sa juste valeur parce que c'est à ce moment là que l'on peut estimer les dangers immédiats liés à ses addictions dont il ne se délivrera pas seul sans hospitalisations.
Patricia ELDIN

Patricia Eldin Psy sur Remoulins

683 réponses

265 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

29 NOV. 2020

suite de ma réponse :
Vous ne le saviez pas, mais votre gentillesse, abnégation ne l'encourage pas à s'en sortir lui-même : il sait qu'il trouve refuge en vous et que quoi qu'il fasse, vous passerez la serpillère sur ses débordements (au sens propre comme au figuré...). Je connais très bien cette situation et combien elle est éprouvante pour l'entourage.
Cependant, votre mari a raison sur un point : on ne sait pas traiter l'alcoolisme de façon efficace parce qu'en France, la solution consiste essentiellement à apporter des solutions médicamenteuses(pour réduire l'appétence au produit et réduire le stress). Les cures ont le mérite d'éloigner l'alcoolique de son entourage qui en souffre, de le "nettoyer" physiquement par l'abstinence de quelques semaines, mais aucun travail sérieux n'est fait sur les causes de l'addiction. Le taux de récidive est de ce fait impressionnant. Certains cependant, ce n'est pas la majorité arrivent à rester abstinents, en luttant au quotidien avec leur frustration. On devient rarement alcoolique par goût (et si c'est le cas, on s'en sort mieux) mais parce que l'alcool désinhibe, masque des souffrances liées à des blessures et traumatismes qui n'ont jamais été guéris. C'est donc par un travail sérieux sur lui que votre conjoint pourrait s'en sortir, sauf que la balle est dans son camp et que s'il n'est ni convaincu ni acteur, ce sera peine perdue. Ce n'est pas que la personne ne veut pas s'en sortir, c'est qu'elle ne le peut pas parce qu'elle n'a pas compris d'où vient son mal.
Je ne peux que vous conseiller de parler de cela à votre compagnon mais la décision lui appartient et vous ne pouvez plus continuer à vivre avec lui et son mauvais double. C'est votre peau qu'il faut sauver et vous ne devez pas céder au chantage au suicide (beaucoup sont dans ce schéma et il est vrai que certains passent à l'acte hélas mais personne de l'entourage n'en est responsable).
Si vous le souhaitez, je peux vous aider. Je pourrais aussi aider votre compagnon mais à la seule condition qu'il soit acteur de sa guérison. J'insiste sur le fait que la thérapie face à une addiction ne consiste pas à faire disparaître le symptôme mais à guérir les blessures qui en sont la cause. Cela n'est pas facile pour le malade concerné car en période d'abstinence, il a tendance à être dans le déni, à se croire plus fort que son mal, et quand sa culpabilité et ses souffrances remontent, seul l'alcool et autres psychotropes l'aident à oublier...un peu.
Prenez soin de vous
Véronique BLANCHE, Thérapeute Holistique
Guérison de l'enfant intérieur
Hypnose Ericksonienne
Soins énergétiques

Véronique BLANCHE Psy sur Saint-Brieuc

2760 réponses

1590 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

29 NOV. 2020

Claire Bonjour,

Je suis très touchée par ce que vous écrivez, je comprends votre désarroi, votre impuissance, votre envie de le soutenir, de chercher la stratégie qui fera le déclic chez, lui mais rien ne marche. Un début de solution serait qu'il prenne conscience seul de son fonctionnement, puis qu'il face seul la démarche de se faire aider. Pour le moment il est complètement enfermé dans ce processus, je crains donc malheureusement que la solution ne viendra pas de vous, si elle vient un jour elle viendra de lui. La question est voulez vous couler avec lui ? Parce que en cherchant à le sauver, en ramassant tout derrière lui, vous le maintenez enfermé malgré vous dans ses stratégies et vous vous enfermez vous même dans cet impossibilité de le sauver. Prenez soin de vous, c'est urgent.
Si vous avez besoin d'être écoutée, de prendre en conscience la décision qui sera la plus ajustée pour vous, je peux vous accompagner sur ce chemin.

Anne Auffret
Thérapeute IFS, Sophrologue, Communication NonViolente
Gestion du stress, des émotions, anxiété, dépression, deuil, conflits intérieurs...
https://www.psychologue.net/articles/du-conflit-interieur-vers-le-dialogue-interieur

Anne Auffret Psy sur Plougonver

1068 réponses

740 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

29 NOV. 2020

Bonjour Claire,
La totalité de ma réponse n'a pas été postée. Connaissant très bien ce fléau de l'alcoolisme, je vous apportais des éclairages que je ne peux reprendre ici : c'est assez long, si vous souhaitez en savoir plus, n'hésitez pas à me contacter.
Bien à vous
Véronique BLANCHE, Thérapeute Holistique
Guérison de l'enfant intérieur
Hypnose Ericksonienne
Soins énergétiques

Véronique BLANCHE Psy sur Saint-Brieuc

2760 réponses

1590 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

28 NOV. 2020

Bonjour Madame,

Quelle situation compliquée, qu'est ce que vous devez supporter...
Oui, il est malade et quand on aime on a envie d'aider l'autre, de le soutenir. Mais pas à votre détriment.
Ce n'est pas vous le problème...Vous le dites, l'alcool était présent avant vous... il a un problème qui a des effets sur vous (le sentiment d'impuissance, la "confusion" je reste je pars, la colère aussi).
Vous êtes son amoureuse pas son infirmière. Et parfois, souvent, l'amour ne suffit pas.

Vous avez le droit de penser à vous...ça ne fait pas de vous quelqu'un d'égoiste...

Je vous invite à contacter un.e psychologue pour vous accompagner dans ce cheminement,

Je reste disponible,

Mélanie BOUTIN, psychologue clinicienne installée à Tours.

Mélanie Boutin Psy sur Tours

33 réponses

41 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

28 NOV. 2020

Bonjour Claire,
La solution est effectivement de penser à vous, de vous protéger : vous vous épuisez à adopter la posture du sauveur alors qu'on ne peut sauver que soi-même. Cela vient de votre personnalité, vous portez probablement la blessure d'abandon, ce qui fait que vous êtes probablement rongée par la culpabilité à l'idée d'abandonner à votre tour et vous cédez aux promesses de votre autre qui est incapable de les tenir. D

Véronique BLANCHE Psy sur Saint-Brieuc

2760 réponses

1590 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

28 NOV. 2020

Bonjour Claire,
Vous en avez déjà beaucoup fait pour cet homme. Apparemment il n'a pas envie de se faire aider.
Vous vous sacrifiez depuis longtemps déjà. Mais je pense que ça ne l'aide pas à vouloir se prendre en main si vous restez dans cette situation avec lui. ça ne le tire pas vers le haut, et votre vie personnelle se résume à vouloir l'aider, à nettoyer les résultats de son alcoolisme, et à être tirée vers le bas. Vous chutez avec lui.
Vous avez droit au bonheur, et cela ne l'est pas.
Il est adulte, et maintenant c'est son affaire, non plus la vôtre.
Cela vous ferait du bien de nous consulter, pour apprendre à prendre soin de vous, et de vos besoins personnels. Vous avez droit au bonheur. Il est possible que vous ayez vous-même connu l'alcoolisme chez un membre de votre famille, ou quelqu'un qui était addict à une substance (ou a des médicaments), et que vous êtes à nouveau prise dans ce schéma. Il y a peut-être une "chaîne" à casser. Hypothèse, mais cette répétition intergénérationnelle est fréquente.
Bien cordialement
Inès AVOT

AVOT INES Psy sur Lille

2752 réponses

1183 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

28 NOV. 2020

Bonjour Claire,
Vous en avez déjà fait beaucoup pour lui, mais il ne semble pas vouloir se faire aider.
Votre vie n'est pas destinée à vous sacrifier. Sa

AVOT INES Psy sur Lille

2752 réponses

1183 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

27 NOV. 2020

Bonsoir Claire,

Merci pour ton partage.

J'ai travaillé 5 ans dans un service d'addictologie.

Ce qui est très dur pour l'entourage d'une personne dépendante à l'alcool c'est l'impuissance. En effet, s'il n'a pas envie d'aller en cure de sevrage, vous ne pouvez pas le décider à sa place.
C'est très difficile ce que vous vivez. c'est très difficile d'être aux côtés d'un homme qui se détruit.

Je comprends votre ambivalence entre l'envie et la peur de le quitter.

Avez-vous le soutien de votre entourage ? Il est important que vous puissiez parler de cette situation à un.e thérapeute, que vous puissiez être entendue dans cette souffrance. La seule action que vous pouvez faire c'est pour vous-même.

Bien à vous

Charlotte Président
Gestalt Praticienne

PRESIDENT Charlotte Psy sur Lorient

36 réponses

22 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Aide psychologique

Voir plus de psy spécialisés en Aide psychologique

Autres questions sur Aide psychologique

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 12000 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 12800

psychologues

questions 12000

questions

réponses 71450

réponses